La bouteille aux trois-quart pleine

Il y aura donc trois clubs français en quart-de-finale de HCup. Autant que de provinces irlandaises, ce qui est plutôt habituel, et un de plus que les Anglais, ce qui est plus étonnant au regard du niveau général affiché actuellement par les formations d’outre-Channel.

Ce week-end, Toulon et Toulouse ont haussé leur niveau de jeu, quand Clermont a démontré qu’il pouvait pertinemment prétendre au titre de meilleur club français et, peut-être, d’Europe du moment. Après une première mi-temps perfectible, les trois formations ont éteint la concurrence à coup de pressing offensif (RCT), défensif (ST) et d’alternance dans le jeu (ASMCA).

Le fait pour les Auvergnats d’avoir gagné chez le 4ème de Premiership et pour les Haut-Garonnais d’être venus à bout des leaders de ce même championnat, les Saracens, provoque déjà quelques commentaires exaltés de la part de ceux qui imaginent le XV de la Rose terrassé par nos vaillants petits bleus dans trois semaines. C’est sans doute aller un peu vite en besogne.

En effet, on sait qu’une équipe nationale n’est jamais le reflet exact de ses clubs, d’autant que, sauf erreur, les Fritz Lee, Bakkies Botha et autre Chiliboy Ralepelle ne sont pas sélectionnables chez les bleus. De surcroît, les internationaux anglais n’ont pas particulièrement semblé en méforme. À l’exception, notable il est vrai, d’Owen Farrell. L’ouvreur des Saracens semble toujours avoir du mal à gérer les matchs à enjeux. On ne va pas s’en plaindre.

Alors, c’est vrai, les performances remarquables de Louis Picamoles et Jean-Marc Doussain, le retour au premier plan de Maxime Médard ou le rétablissement précoce de Morgan Parra font figure de bonnes nouvelles dans le paysage un peu morne du rugby tricolore. Tout comme la qualification de trois de nos représentants avant même la dernière journée de HCup.

Il faut pourtant rappeler que quatre autres formations hexagonales sont, peu ou prou, passées à travers l’exercice européen. Il n’est donc pas totalement infondé de soutenir que la bouteille est, sinon à moitié vide, du moins seulement aux trois quart pleine. Les déceptions ne doivent en effet pas être occultées.

C’est particulièrement le cas du Racing Metro, défait encore une fois sur sa pelouse de Colombes. A cet égard, il serait assez étonnant que les Franciliens se battent comme des lions la semaine prochaine à Clermont dans le cadre de la dernière journée des phases régulières de HCup. Désormais, pour les hommes des deux Laurent, l’heure est au Top14 et à une hypothétique (mais jouable) place de barragiste. La problématique est la même pour Perpignan, dont la position au classement du championnat domestique est cependant un tantinet moins confortable que celle du Racing.

Montpellier et Castres peuvent sans doute nourrir des regrets, car ils n’ont jamais semblé très loin de leurs adversaires, et auraient certainement pu espérer mieux sans quelques revers de fortunes et, disons-le, un arbitrage parfois intransigeant avec eux.

L’arbitrage, il en fut question ce week-end. Certains, sans doute confortés par la victoire des leurs, ont profité de l’occasion pour montrer en exemple l’arbitrage des représentants britanniques et celtes. Argument recevable sur le fond, tant quelques prestations cohérentes et équilibrées peuvent prétendre à bon droit être érigées en modèle. Sur la forme, cependant, on ne pourra que regretter l’outrance verbale d’un Bernard Laporte illustrant l’adage populaire : quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites.

Sans entrer dans la polémique, on rappellera à l’entraîneur toulonnais ces quelques mots, avec lesquels on ne peut qu’être d’accord :

« Il me paraît indispensable de faire appliquer beaucoup plus fermement et beaucoup plus systématiquement au niveau professionnel, les sanctions à l’encontre de ceux qui agressent verbalement ou physiquement les arbitres. Etre professionnel, c’est être exemplaire, car des enfants et des jeunes vous regardent. Il n’est pas normal de prendre des sanctions graves et lourdes au niveau amateur et de laisser s’installer le laxisme au niveau professionnel. »

Ces propos aussi pertinents qu’actuels, ont été prononcés il y a quelques années par un secrétaire d’Etat aux sports nommé Bernard Laporte…

Lien Permanent pour cet article : https://renvoiaux22.fr/WordPress3/la-bouteille-aux-trois-quart-pleine/

3 Commentaires

    • charlou sur 15 janvier 2014 à 16 h 26 min
    • Répondre

    Oh ils sont en forme, mais reste à ce que les 3 chauves les organisent bien collectivement (notamment dans la libération et la circulation du ballon). 😉

    • charlou sur 15 janvier 2014 à 0 h 39 min
    • Répondre

    Comme toi je me félicite de la réussite de nos 3 fleurons, alias Toulouse, Toulon et Clermont. Mais comme toi, je déplore que Castres (champion de France), Montpellier et le Racing (effectifs taillés pour l’Europe) se soient autant écroulés, au point de ne même pas parvenir à finir 2ème de leur poule pour aller en 1/4 d’Amlin Cup. Perpignan ne m’a pas déçu, car leur effectif était moins dense que les six autres et ils ont connu beaucoup de blessures, en plus d’un arbitrage bizarre (leur défaite au Munster fut un véritable vol).
    Certes, on ne peut pas jurer du prochain France-Angleterre après ces rencontres, mais tout de même, on a pu voir que beaucoup de nos joueurs étaient en bonne forme. Et niveau joueurs étrangers, les Saracens sont blindés, donc le parallèle continue avec nos clubs.
    En attendant, j’ai remarqué beaucoup de joueurs en forme ce week-end: Fofana, Parra, Dusautoir, Nyanga, Picamoles, Doussain, Huget, Médard, Dulin…

      • Renvoiaux22 sur 15 janvier 2014 à 13 h 16 min
      • Répondre

      Il faut espérer que le regain de forme de nos bleus se concrétisera en EDF. Pas certain, mais soyons optimiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.