«

»

Juil 01

Imprimer ceci Article

Une victoire tirée par la crinière

Le carton rouge infligé par Jérôme Garcès à SB Williams, un des tournants du match

Ils l’ont fait ! Les Lions irlandais et britanniques ont battu les All Blacks dans le deuxième des trois test-matchs les opposant sur le score de 24 à 21. Mais si ce succès qui leur donne la possibilité d’enlever la série samedi prochain à l’Eden Park d’Auckland a fait chavirer de bonheur les tribunes du Westpac stadium de Wellington très copieusement garnies de leurs supporters, il n’a sûrement pas dû monter à la tête de Warren Gatland et ses joueurs.

Que ce fut difficile, en effet, pour Sam Warburton et les siens. Les Lions peuvent remercier Sonny Bill Williams, auteur d’un très vilain coup d’épaule sur Anthony Watson à la 25ème minute de jeu, geste qui lui a valu un carton rouge tout à fait justifié. Les Lions peuvent aussi se féliciter du manque de précision au pied de Beauden Barrett (70% de réussite contre 82% pour Owen Farrell). Pourtant, bien que réduits à 14 pendant près d’une heure, les All Blacks auraient pu l’emporter que cela n’aurait pas été volé. Car non seulement ils demeurent un cran au-dessus de leurs concurrents, mais ces mêmes concurrents se sont employés à se compliquer la tâche avec une constance assez irritante.

Entre les fautes de mains – favorisées il est vrai par des conditions climatiques difficiles, le manque de patience dans la construction offensive et l’indiscipline défensive, les hommes de Warren Gatland ont multiplié les erreurs et laissé leurs adversaires faire la course en tête une grande partie du match. Deux joueurs ont incarné le paradoxe de ces Lions très impliqués dans le combat mais manquant souvent de lucidité : le pilier Mako Vunipola, le deuxième-ligne Maro Itoje et le flanker Sean O’Brien, certainement les trois avants les plus en vue aujourd’hui, ont également été les plus pénalisés, la palme revenant au frère du regretté (sur cette tournée) Billy, avec 4 coups de sifflets et un carton jaune contre lui. Derrière, l’association de Jonathan Sexton en 10 et Owen Farrell en 12 a livré des séquences intéressantes par leur dynamisme, mais elle n’a pas toujours convaincu, en particulier dans sa faculté à franchir la ligne d’avantage.

Heureusement pour les Lions, leur banc a su apporter une fraîcheur physique bienvenue et à semblé leur remettre la tête à l’endroit. Et ils ont également pu compter sur l’excellent arbitrage de Jérôme Garcès, même si les Néo-Zélandais commenteront certainement longtemps l’ultime pénalité, celle de la gagne, sifflée par le Béarnais dans les derniers instants de la rencontre.

Avec cette victoire un peu tirée par la crinière, les Lions offrent à leurs supporters une vraie finale, dans une semaine. Et ils alimentent aussi la légende de leurs tournées, ce qui n’est pas une mauvaise chose quand on connaît les débats qui existent actuellement sur la pertinence de maintenir celles-ci à l’heure d’un calendrier professionnel hypertrophié.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/une-victoire-tiree-par-la-criniere/

Facebook comments:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>