Une maille à l’endroit

Brice Dulin et Maxime Machenaud, deux petits nouveaux convaincants en bleu (photo Sud Ouest)

Si le « recadrage d’après-match » semble une pratique assez courante dans les vestiaires des sélections nationales tricolores, force est de constater que certains fonctionnent mieux que d’autres, en particulier contre à des adversaires parlant espagnol.

Hier soir, les téléspectateurs les plus vaillants auront eu raison de rester dans leur poste. Ils ont pu assister à une large et belle victoire du XV de France, qui a inscrit un record de point face aux Pumas argentins (49-10) et soigné la manière. Sans quelques fautes de mains (qu’on pardonnera volontiers) et l’expulsion temporaire de Christopher Tolofua dont a profité le XV d’Argentine pour marquer son seul essai du match, le score aurait même pu prendre encore davantage d’ampleur.

Certes, l’adversaire était assez éloigné du fauve bleu et blanc auquel les bleus ont l’habitude de se frotter. Ces Pumas, dont la moitié des titulaires du dernier match avait cédé leur place, ont affiché des lacunes criantes dans à peu près tous les domaines. Chaque mêlée fut pour eux un supplice, tout comme les rucks, les défenseurs argentins se consommant bien davantage que les Français, ce qui permis aux attaquants tricolores de profiter de ballons très intéressants à jouer. Sur le plan défensif, le jeu des bleu fut aussi très satisfaisant, tant dans l’agressivité que le replacement. Les trois-quarts argentins n’ont pas vraiment été à leur avantage, multipliant les approximations, comme en témoigne la passe téléphonée de l’ouvreur Benjamin Urdapilleta offrant à Maxime Mermoz une interception et un essai entre les perches.

Si tous les bleus furent à l’honneur hier soir, il est difficile de ne pas accorder une mention spéciale à la paire de demis, Maxime Machenaud et Frédéric Michalak. Le premier a montré de très belles dispositions, faisant rarement le mauvais choix, dynamisant les sorties de ruck, menant parfaitement ses « gros ». Le second, particulièrement à l’aise à l’ouverture, a distillé les bons ballons et a pu faire admirer son coup de pied avec une grande réussite sur pénalité. Il est évident qu’il faudra revoir les deux compères dans des conditions de jeu moins favorables. Pourquoi pas le match contre l’Australie en novembre? En attendant, quelle contraste avec les performances de la paire « habituelle » Parra – Trinh-Duc !

Une mention également pour Brice Dulin. Moins en vue que la semaine passée, l’arrière agenais (bientôt Castrais) a néanmoins confirmé tout le bien qu’on pense de lui dans le staff tricolore.

Evidemment, on l’a dit et répété, les deux affrontements de Cordoba et Tucuman n’ont pas grand rapport avec ce qu’on a pu voir dans les autres tests internationaux en termes d’opposition et d’intensité de jeu. Néanmoins, les occasions d’assister à des naufrages tricolores lors des tournées estivales ont été trop nombreuses pour ne pas apprécier la démonstration d’hier, fut-elle intervenue face des pumas « bis ».

Au final, la tournée du XV de France en Argentine aura été globalement profitable et plutôt riche en enseignements. Quelques nouveaux noms ont émergé sur les deux tests et on peut espérer que ces joueurs progresseront encore dans les mois à avenir et constitueront une base de travail intéressante en vue du prochain tournoi des 6 nations.

Alors, même si le XV de France a plutôt l’habitude d’enchaîner les mailles à l’envers après une maille à l’endroit, on veut croire que la tournée estivale trouvera un prolongement positif lors des tests de l’automne.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/une-maille-a-lendroit/

(1 commentaire)

  1. Oui, croivons!
    J’avais peur qu’avec l’euro de foot le rugby baisse en notoriété vu la saison très moyenne de l’Edf de PSA… Merci les footeux de continuer à faire progresser l’ovale.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.