Un château en Espagne

Alors que les aoûtiens profitent de leurs vacances, les joueurs des équipes qualifiées pour la Coupe du Monde de rugby peaufinent leur préparation. En tout cas pour la majorité des sélections. Car en ce qui concerne le XV de France, on hésite à parler de « peaufiner » tant les hommes de Jacques Brunel (ou de Fabien Galthié, selon qu’on se range parmi les légitimistes ou les réalistes) paraissent en retard sur le calendrier. Un retard de plusieurs années, à vrai dire.

Les reportages et les articles sur le stage qui se déroule actuellement en Espagne et se termine dans quelques jours accréditent la thèse d’une reprise en main de la préparation par Fabien Galthié et Thibault Giroud, le préparateur physique qu’il a débauché du RCT pour le plus grand déplaisir de son ancien patron, qui – on est en France – est aussi l’ancien patron du patron actuel de Galthié… Bref, le séjour espagnol de Guilhem Guirado et ses copains évoque davantage « Voyage au bout de l’Enfer » que « Promenade d’été ».

Visages émaciés, muscles saillants, délestés de plusieurs kilos, les joueurs multiplient les exercices destinés à leur permettre d’affronter en match un rythme et une intensité auxquels le Top14 ne les préparent pas. Et si le ballon est omniprésent – ce qui changent des séances de Wattbikes censées faire des miracles il y quatre ans – il ne faut pas s’y tromper : c’est physiquement que les Tricolores se préparent. Pour le plan de jeu, on verra après.

Les matchs de préparation donneront une petite idée des dispositions tricolores, même si la fatigue accumulée au cours des dernières semaines n’aura certainement pas été évacuée le 17 août prochain, date de la première des deux rencontres programmées avant le début de la compétition.

Comme tous les quatre ans, une légère brise, sinon un vent, d’optimisme se lève parmi les suiveurs du XV de France. Le fol espoir de le voir déjouer les pronostics est en train de gagner les cœurs les plus secs. Las, il faut craindre qu’une fois de plus les Tricolores aient un train de retard. Croire que les autres équipes se seraient arrêtées pour les attendre relève du fantasme.

Certes, les All Blacks semblent encore tâtonner dans leur organisation et Eddie Jones a fait jouer à ses hommes aux chaises musicales au gré des différents rassemblements de l’effectif, au point de perdre tous les observateurs. Mais il est difficile de comparer ces situations somme toute classiques à quelques semaines de la coupe du Monde avec ce qui ressemble à une opération commando montée par Fabien Galthié.

Plus que quelques semaines à patienter, et nous saurons si le XV de France a posé en Espagne les fondations d’une belle aventure.

Ou celle d’un de ses châteaux dont il a malheureusement le secret.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/un-chateau-en-espagne/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.