Toulouse donne (encore) la leçon

Avec la meilleure volonté du monde, on ne voit pas bien à l’heure actuelle quelle équipe serait capable de disputer le Brennus au Stade Toulousain cette saison. Sa démonstration sur la pelouse de Montpellier hier soir (25-45) a apporté une nouvelle démonstration de l’incontestable écart qui existe actuellement entre Toulouse et les autres équipes du Top14.

Même si le discours des Montpelliérains d’avant-match se voulait plus « raisonnable » que celui tenu il y a quelques mois (on se souvient de propos assez péremptoires qui avaient été punis sur le pré), on sentait néanmoins les hommes de Fabien Galthié animés d’une grosse envie. Qui plus est, le match d’hier soir revêtait des airs de revanches de la finale de l’an dernier. Mais il a très rapidement été clair que les Héraultais ne pourraient certainement pas inquiéter des Toulousains bien organisés défensivement, soulagés le cas échéant par le pied de Lionel Beauxis, dominateurs en conquêtes.

L’ouvreur du Stade Toulousain a effectué une prestation haut de gamme, se rappelant au bon souvenir du sélectionneur, Philippe Saint-André, présent à Yves-du-Manoir. On notera en particulier sa réussite sur ses tentatives de drop et une percée magnifique ponctuée de deux feintes de passe de toute beauté. En face, François Trinh-Duc n’a pas affiché sa vista habituelle. Il est vrai qu’il est toujours plus compliqué de jouer avec un pack qui recule et une défense adverse particulièrement agressive (au bon sens du terme).

Eprouvant les pires difficultés à sortir de sa moitié de terrain en première période, Montpellier a encaissé deux essais de très belle facture, avant de se reprendre en deuxième mi-temps. Mais on n’a jamais senti le MRHC en position d’inquiéter les hommes de Guy Novès. L’absence de Fulgence Ouedraogo côté Montpellier s’est faite sentir. En face, Louis Picamoles avait visiblement à coeur de briller devant ses anciens partenaires. Il y est parvenu, inscrivant même un essai suite à une très jolie passe sautée de Luke McAllister.

La réaction d’orgueil du MRHC, qui pointa trois fois dans l’en-but dont une fois à la sirène, permit aux locaux de sortir du pré avec un total d’essais équivalent à celui de leurs visiteurs du soir, mais le score demeura sans appel. Les vingt points d’écart affichés au planchot témoigne de la supériorité toulousaine, Lionel Beauxis se chargeant d’inscrire les pénalités sanctionnant ladite domination.

Les Haut-garonnais ont donc offert à leurs supporters un joli cadeau avec 24 heures d’avance. Quant aux adversaires du Stade Toulousains, ambitionner de remporter le Brennus face à un tel adversaire revient pour l’instant à croire au Père Noël.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/toulouse-donne-encore-la-lecon/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.