Six raisons d’espérer une bonne année 2020

Renvoi aux 22 présente à tous les amoureux du rugby ses meilleurs vœux pour l’année 2020 !

Et puisqu’il est toujours question d’optimisme en cette période, voici six raisons d’espérer que ce millésime sera sinon meilleur que le précédent, du moins qu’il apportera au rugby de France quelques satisfactions sur et en dehors des terrains.

Le nouveau départ du XV de France

C’est toujours un peu la même chose les lendemains de coupe du monde. Les regrets laissent place aux espoirs, et l’arrivée d’un nouveau sélectionneur nourrit l’optimisme des supporters. Cette fois, le nouveau ne l’est pas tout à fait, puisque Fabien Galthié faisait partie du staff parti au Japon. Mais paradoxalement, le comportement des joueurs entrevu sur quelques séquences a pu alimenter l’espoir que, cette fois, le soufflé ne retombe pas dès les premières minutes de France-Angleterre, match inaugural du Tournoi des Bleus.

Il y a en effet dans le projet de jeu de Fabien Galthié des gages en faveur du dynamisme et de la créativité, et dans la composition de son staff quelques motifs d’espérer. Et même s’il n’est que transitoire, l’accord trouvé entre la fédération française et les clubs du Top14 devrait offrir au sélectionneur des conditions de préparation inégalées.

La liste des 42 joueurs retenus pour préparer le Tournoi, dans laquelle les « anciens » sont réduits à la portion congrue, a confirmé qu’un nouveau chapitre s’ouvrait pour l’équipe de France. Pourvu que l’hiver soit plaisant !

L’essor du Rugby à 7 professionnel

Ce n’est peut-être pas tout à fait le championnat professionnel dont les amateurs de rugby à 7 rêvaient, mais il a le mérite, désormais, d’exister. La Ligue nationale de rugby organise le 1er février la première levée d’un « Super Sevens », championnat réunissant des équipes formées par les clubs du Top14 et deux invités, les Barbarians français et une équipe monégasque drivée par Frédéric Michalak. Cette compétition inaugurale se déroulera sur une seule journée, trois étapes étant prévues la saison prochaine.

Bien sûr, les « stars » du XV ne seront pas présentes, puisque les présidents des clubs n’ont pas souhaité voir leurs meilleurs joueurs risquer la blessure. Mais il y aura un certain nombre de jeunes talents dont les qualités ne manqueront pas de s’exprimer pleinement dans le cadre festif de l’Arena de Paris la Défense, écrin parfait pour ce type de manifestations.

S’il est certainement présomptueux d’écrire que l’avenir du 7 pro se jouera sur cette seule journée, il faut espérer un succès pour les organisateurs, c’est à dire du spectacle et des spectateurs, car celui-ci en entraînera d’autres et contribuera à donner à cette forme de rugby, complémentaire au XV, l’essor qu’il mérite.

Top14 : l’émergence des outsiders

A mi-championnat, le Top14 est mené par l’Union Bordeaux-Bègles, qu’on désespérait de voir enfin à une place en rapport avec ses ambitions et les investissements de son président, Laurent Marti. Talonné par le LOU, qui enchaîne une deuxième saison de haut niveau, l’UBB se mène un peloton de tête renouvelé avec le RC Toulon qui semble renaître de ses cendres et un Stade rochelais toujours aussi séduisant malgré quelques performances contrastées lors de cette première moitié de saison.

Même si les formations traditionnellement au haut du classement, à commencer par le tenant toulousain, sont loin d’avoir dit leur dernier mot, cette émergence de nouvelles places fortes et le retour en grâce toulonnais contribuent à donner à ce Top14 2019-2020 une saveur tout à fait appréciable.

Coupe d’Europe : tout peut de nouveau arriver

Les déboires des Saracens, pris par la patrouille du salary cap anglais, a très largement remis en cause la domination sous laquelle la formation d’Owen Farrell avait placé la Champions cup. Davantage préoccupés par leur championnat domestique dans lequel ils se retrouvent plombés par les 35 points de handicap récoltés en guise de sanction, les double tenants du titre européen semblent avoir laissé la voie libre à leurs adversaires.

Et si le Leinster font désormais figures de favoris, la compétition européenne est relancée par une concurrence accrue, au sein de laquelle les Français, sans vraiment briller, conservent des chances de victoire finale, au moins pour trois d’entre eux. On en saura un peu plus en mars prochain. Vivement le printemps !

Jeux olympiques : pourvu qu’ils soient bleus !

Même si elles ne sont pas encore qualifiées, les équipes de France de rugby à 7 ont encore une chance de décrocher leur billet pour le Japon où se tiendront en juillet prochain les jeux de la trente-deuxième olympiade de l’ère moderne. Les filles comme les garçons disputeront un tournoi de repêchage en juin. Au vu de leurs dernières performances, leurs chances sont réelles. Il faut bien avouer que même si les chances de médailles olympiques sont ténues, il serait décevant de ne pas voir nos tricolores disputer la compétition olympique. Vivement l’été !

Élections fédérale : enfin un vrai débat ?

En octobre prochain, Bernard Laporte remettra son mandat en jeu. Face à lui, Florian Grill, président de la ligue d’Ile-de-France, présente une liste fédérant l’opposition à l’actuel patron de la FFR et à son homme-lige Serge Simon. Quel que soit l’issue du scrutin, on attend surtout un vrai débat sur le fond des problèmes auxquels le rugby français est confronté. Et ils sont nombreux : de la santé des joueurs aux relations FFR/LNR, en passant par les championnats amateurs, nombreuses sont les occasions de confronter les idées plutôt que d’adresser des attaques ad hominem, ce qui avait malheureusement prévalu lors des précédentes élections.

L’occasion est belle pour Bernard Laporte de défendre son bilan et de proposer des pistes pour l’avenir. Et pour son adversaire de démontrer qu’il pourrait faire mieux que le président en place. Vivement l’automne !

Gageons qu’il y aura d’autres motifs pour s’intéresser au rugby français en 2020. Mais rien que pour ces six là, on devrait assister à une année riche en émotions et en rebonds ovales.

Bonne année à tous !

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/six-raisons-desperer-une-bonne-annee-2020/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.