«

»

Mai 15

Imprimer ceci Article

Sept à Paris, pari réussi

Les Samoa, vainqueur surprise de ce tournoi de Paris

Les Samoa, vainqueur surprise de ce tournoi de Paris

A l’invitation d’HSBC, principal sponsor du Tournoi, Renvoi aux 22 a eu la chance d’assister aux phases finales de l’étape parisienne du World Sevens, le championnat mondial de rugby à sept. C’était une première pour l’auteur de ces lignes, plus féru de la version quinziste que de sa petite cousine olympique, Et force est de le reconnaître, cette discipline mérite amplement le « buzz » dont elle est l’objet. Pas seulement parce qu’elle a rejoint le giron des sports ayant droit de cité aux JO, mais aussi parce qu’elle représente sinon l’avenir, du moins une façon différente et complémentaire d’aborder le rugby.

Les conditions étaient, il est vrai, réunies pour que la fête soit réussie : un public nombreux (malgré une affluence un peu moins forte le samedi), une météo plutôt clémente (même s’il manquait quelques degrés au thermomètre), une ambiance festive (malgré un speaker un tantinet omniprésent), un jeu enlevé assorti de gestes techniques de grande classe et, cerise sur le gâteau, une équipe de France qui a pleinement rempli son contrat en terminant à une très belle troisième place dans la compétition.

Voilà dix ans que le Seven n’avait pas fait étape à Paris. A l’époque, c’était au stade Charlety, un peu froid et pas des plus adaptés au rugby, avec des équipes de « sept » qui n’avaient pas le même rayonnement qu’aujourd’hui. Ce week-end, dans l’écrin de Jean-Bouin, les nations en lice ont offert un superbe spectacle devant un public conquis, venu de toute la planète pour supporter ses couleurs : Kényans, Sud-Africains, Fidjiens et Américains, pour ne citer que les plus exubérants.

Après une première journée* parfaitement négociée, les Français se retrouvaient dans le tableau principal opposés aux Kényans, vainqueurs de l’étape de Singapour il y a quelques semaines. Dans une ambiance indescriptible, les Tricolores l’ont emporté sans trembler, avant de tomber avec les honneurs face aux favoris fidjiens du toulonnais Josua Tuisova. Pour la troisième place, ils ont battu des Argentins qu’ils avaient déjà vaincus la veille en phase qualificative, ce qui ne doit pas être considéré comme anecdotique quand on sait que les Pumas sont actuellement cinquièmes au classement mondial quand les Français occupent seulement le dixièmes rang dans la hiérarchie. Indéniablement, les retours de Terry Bouhraoua et, surtout, Virimi Vakatawa ont fait énormément de bien à cette équipe de France qui ne présente pas le même visage avec ses deux meilleurs joueurs. Il faut espérer que cette belle troisième place augure d’un parcours aussi réussi aux jeux de Rio.

Les Samoans, vainqueurs du tournoi, ont créé la surprise en remportant la finale devant des Fidjiens peut-être trop sûrs d’eux. Quant aux autres favoris sud-africains et néo-zélandais, ils ont déçu. On devrait les voir à un tout autre niveau lorsqu’une médaille sera en jeu dans quelques mois.

Sans conteste, on peut affirmer que le pari du sept dans la capitale française est réussi. Et il ne serait pas étonnant que la prochaine édition, prévue l’an prochain au même endroit, connaisse un engouement encore plus fort. Car aux amateurs de ballon ovale qui reviendront pour vivre à nouveau deux belles journées de compétition s’ajouteront certainement ceux que le tournoi olympique aura séduit.

*Pour cause de match de football au Parc des Princes, la première journée a malheureusement été tronquée, plusieurs matchs ayant dû être disputés le vendredi soir.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/sept-a-paris-pari-reussi/

Facebook comments:


2 Commentaires

  1. Antonio

    Bonjour,

    J’étais à Jean Bouin dimanche et j’ai été conquis par le spectacle sur le terrain et l’ambiance dans les tribunes.
    En quittant le stade je me suis dit qu’il n’était pas possible qu’au rugby à XV on soit obligés de supporter ces piètres finales européennes auxquelles on n’a droit désormais chaque année… avec deux blocs de défense sans créativité !

    Je me suis dit alors que le 7 avait tout à apporter au XV pour régler les maux qui le rongent (calendrier trop chargé, blessures à répétitions…)… Rien qu’en 2 axes de réflexion, il y a peut-être matière à changer cela.

    A lire sur mon blog si cela vous dit : http://www.lesbrevesdovalie.com/archives/2016/05/17/33821318.html

    1. Antoine

      Merci pour ce témoignage et le lien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>