«

»

Jan 28

Imprimer ceci Article

Retrouver le feu sacré

C’est un sondage tout ce qu’il y a de plus sérieux qui l’affirme : une écrasante majorité de Français a une bonne opinion du XV de France. De 76%, le taux de satisfaction grimpe à 82% chez ceux qui se déclarent « amateurs de rugby ». A en croire l’institut Odoxa, qui a réalisé ce sondage, ces bonnes opinions sont en hausse de 16 points sur un an pour l’ensemble des Français et 25, rien de moins, chez les « rugbyphiles ».

Voilà qui a de quoi alimenter la réflexion, et pas seulement chez ceux qui se méfient des sondages. Comment expliquer une telle vague d’avis positifs pour une équipe qui a depuis plus de douze mois aligné les défaites avec en point d’orgue l’humiliation subie à domicile devant les redoutables Fidjiens ?

D’aucuns pourraient avancer qu’à l’orée du Tournoi, il existe toujours une espèce de regain d’amour pour le XV de France, certainement alimenté par l’accumulation des souvenirs entretenant dans la mémoire collective une forme presque magique d’optimisme mâtiné de nostalgie. A cela s’ajoute certainement les effets d’un sevrage de quelques mois, de nature à provoquer un manque que les Six Nations viennent opportunément combler.

On veut bien accréditer cette thèse, mais elle ne suffit pas à convaincre qu’il existe de bonnes raisons d’avoir de la sélection nationale une image moins dégradée qu’il y a un an. L’arrivée de Jacques Brunel ? L’homme-lige de Bernard Laporte aura certainement rassuré les joueurs avec une approche managériale qu’on dit moins cassante que celle de son prédécesseur. De là à penser que l’Auscitain a réussi également à lénifier l’opinion, pourquoi pas.

Malgré l’optimisme affiché par la Fédération, à l’image de son vice-président qui ne vise rien moins qu’une victoire dans le Tournoi, il est difficile de croire à une véritable mobilisation du peuple ovale derrière son équipe. Il suffit pour s’en convaincre de visiter la billetterie du Stade de France, à cinq jours du match d’ouverture qui opposera le XV de France au Pays de Galles : des places restent disponibles y compris dans la catégorie la moins onéreuse.

En cas de défaite vendredi, les résultats d’une consultation que tout le monde aura oubliée dans quelques jours ne vaudront pas grand-chose. L’impératif, pour la FFR, c’est de susciter à nouveau le feu sacré chez les internationaux et ceux qui aspirent à le devenir, faire en sorte qu’endosser le maillot frappé du coq redeviennent une motivation primordiale et plus seulement une ligne dans un CV au service d’un plan de carrière. Et c’est à ce prix que les Français se retrouveront durablement et solidement derrière leur équipe.

Ce feu sacré, on l’a aperçu chez certains joueurs Toulonnais dans les dernières minutes du match qui les opposaient à ceux du Stade français. Et aussi, paradoxalement dans le regard humide de larmes de leur président, Mourad Boudjellal, au moment où tout semblait perdu pour les Varois. S’ils parvenaient à entretenir la flamme ravivée le temps de deux essais splendides, nul doute que les joueurs du RCT remonteront rapidement au classement du Top14.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/retrouver-le-feu-sacre/

Facebook comments:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>