Répondre sur le terrain

Les Français s’apprêtent à disputer leur dernier match face à l’équipe d’Irlande, qui déterminera leur adversaire en quart-de-finale, l’Argentine en cas de victoire, la Nouvelle-Zélande dans le cas contraire. A vrai dire, on ne sait pas laquelle de ces deux formations il vaudra mieux affronter. Si les All Blacks sont plus forts que les Pumas, les dernières performances des hommes de Daniel Hourcade dans la compétition comme l’historique des confrontations franco-argentines en coupe du monde ne rassurent pas forcément dans la perspective d’un éventuel nouveau face à face.

Il sera toujours temps d’y revenir la semaine prochaine. En attendant, c’est une autre formation très solide qui attend Thierry Dusautoir et ses coéquipiers dimanche en fin d’après-midi : l’Irlande, tenant du Tournoi des six nations et cinquième au ranking de World Rugby.

Philippe Saint-André a dévoilé la composition du XV de départ, et force est constater que celle-ci est conforme à ce qu’on pouvait attendre de la part du sélectionneur. Il s’agit ni plus ni moins que de la même équipe qui a battu le Canada la semaine dernière, à deux exceptions près : Louis Picamoles et Noa Nakaitaci, laissés au repos pour la rencontre face aux Canucks, retrouvent leur poste. Damien Chouly, si important dans l’alignement, reprend donc sa place à droite de la troisième-ligne, le polyvalent Bernard Le Roux sur le banc et, c’est la seule petite surprise, Brice Dulin conserve le maillot floqué du numéro 11, Rémi Grosso faisant les frais du retour de Nakaitaci.

Si on peut estimer que le Castrais était certainement un chouilla tendre pour être aligné, la titularisation de Dulin plutôt que Sofiane Guitoune peut se discuter dans un match où il ne faudra pas se manquer en défense. Non que le pensionnaire du Racing 92 soit moins fort que celui de l’UBB. Mais on sait que ses repères à l’ailes sont parfois fragiles. En revanche, son aptitude sous les ballons hauts sera certainement précieuse face à un adversaire particulièrement adroit dans ce secteur.

Le staff tricolore a maintenu sa confiance à la charnière formée de Sébastien Tillous-Borde et Frédéric Michalak. Si la titularisation du second est incontestable, celle du premier peut, elle, prêter à discussion alors que les performances de Morgan Parra à la mêlée ont été plutôt positives. Nul doute que le Toulonnais sera chargé d’imposer sa densité physique dans le jeu au ras et permettre ainsi à sa troisième-ligne de compliquer les transmissions irlandaises et mettre la pression sur Jonathan Sexton.

On l’a répété à l’envi, l’ouvreur du XV du trèfle sera l’une des principales clés de la rencontre. Perturbez-le, faites-le douter, et c’est toute son équipe qui en pâtira. Reste que la précision du jeu irlandais et sa capacité à servir rapidement Sexton ne facilitera évidemment pas la tâche des Tricolores.

A cet égard, on peut penser qu’à la chasse au Sexton, Mathieu Bastareaud ne sera certainement pas le dernier. Il avait d’ailleurs fait son travail avec application lors de la dernière rencontre du Tournoi entre les deux équipes.

Dérégler le jeu huilé des Irlandais, trier les leurres des porteurs de balle potentiels, empêcher les mauls de se structurer, voilà quelques exemples de ce que les hommes de PSA devront s’évertuer à faire pendant quatre-vingt minutes. Inutile de dire que la discipline sera importante face à un buteur du calibre de Sexton. En attaque, on n’attend pas d’étincelles de nos Tricolores mais des déblayages efficaces dans les rucks et une circulation de balle suffisamment rapide pour que le talent d’un Nakaitaci ou d’un Fofana puisse s’exprimer convenablement.

Le staff comme les joueurs du XV de France ont exprimé leur agacement devant les louanges chantées par les médias aux Irlandais quand eux-mêmes sont sous le feu des critiques depuis le début des phases de poule.

A eux de répondre sur le terrain aux accusations de tout poil, face à une équipe qui, il est vrai, leur réussit plutôt bien en coupe du monde.France-Irlande

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/repondre-sur-le-terrain/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.