«

»

Mar 15

Imprimer ceci Article

Match-winners

Après la victoire du XV de France samedi face à l’Angleterre, les réactions médiatiques des deux côtés du Channel sont assez symptomatiques de la manière dont les Tricolores sont perçus. Les titres du Midi olympique de lundi (« Colossal ») et du Sunday Times (« French Farce ») illustrent ainsi parfaitement les divergences de point de vue.

Peut-on vraiment parler d’exploit pour le XV de France ? Si l’on se borne à regarder le classement mondial des nations et les résultats respectifs des deux équipes depuis deux ans, la réponse est forcément positive. Il semble cependant plus pertinent de préférer l’expression de « petit miracle ».

Car si leurs efforts sur le plan défensif comme sur celui de l’état d’esprit doivent être salués, les Bleus ont très clairement profité d’une méforme criante du XV de la Rose bien loin de son niveau de l’an passé. On l’a déjà écrit, et on persiste à le faire : l’exigeante tournée des Lions irlandais et britanniques est passée par là qui a entamé la fraîcheur physique et mentale des joueurs d’Eddie Jones, très sollicités lors de la tournée neo-zélandaise. Pour se convaincre du rapport de cause à effet, on peut noter que les trois derniers succès français face aux Anglais dans le Tournoi l’ont été durant des saisons post-Lions. Ce n’est pas anodin.

Toujours est-il que du fait de cette victoire un peu inespérée, les hommes de Jacques Brunel semblent être subitement redevenus des « matchs winners ». De là à jeter aux orties toutes les préventions qu’on pouvait avoir jusqu’à samedi, il y a un pas que certains ne se sont pas gênés de franchir, jusqu’à envisager la possibilité d’une victoire à Cardiff le week-end prochain, huit ans après le petit hold up du Millennium qui avait contribué au dernier Grand Chelem tricolore.

Il est incontestable que la confrontation du week-end prochain aura valeur de révélateur, car il est peu douteux que les Gallois proposeront un rythme autrement plus soutenu que celui des Rosbeefs visiblement trop cuits. La faculté du XV du Poireau à multiplier les temps de jeu – ce que son homologue anglais ne parvient plus à faire aujourd’hui – gênera bien davantage une défense et des organismes tricolores moins à l’aise quand le jeu s’emballe et plus du tout lorsque cet emballement se produit tout au long de la partie, comme c’est plutôt le cas avec les Gallois en ce moment. Et ce d’autant plus que Warren Gatland a fait tourner son effectif le week-end dernier.

Comme face à l’Angleterre, l’équipe de France ne saurait être tenue pour favorite. Qu’elle ait retrouvé un esprit, c’est une chose, mais son fond de jeu reste une énigme, tout comme certains des joueurs qui la composent. Ce que fait craindre une victoire, improbable mais pas impossible, c’est qu’elle serait très susceptible de provoquer une amnésie générale sur les carences du XV de France.

Jusqu’en juin prochain, et la Tournée en Nouvelle-Zélande, en tout cas.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/match-winners/

Facebook comments:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>