«

»

Avr 06

Imprimer ceci Article

Lions britanniques et irlandais : l’embarras du choix

Créés il y a presque 130 ans, les Lions britanniques et irlandais constituent avec les Barbarians une des dernières survivances internationales de ce rugby d’avant le professionnalisme. Effectuant une véritable tournée, avec des matchs disputés contre des sélections provinciales ou, désormais, les franchises du super rugby, les Lions perpétuent leur légende, née en 1888 de l’initiative de deux Anglais, Arthur Shrewbury et Alfred Shaw, bien décidés à réunir des joueurs sans considérations de leur « nationalité », pour peu qu’ils fussent britanniques ou irlandais. Et l’indépendance d’Erin n’a rien changé à l’affaire : être un Lion est encore aujourd’hui l’honneur suprême de tout joueur né entre Channel et mer d’Irlande.

Cette année comme il y a quatre ans en Australie, c’est un Néo-Zélandais, Warren Gatland, qui conduira les British and Irish Lions « down under » pour affronter les redoutables All Blacks et tenter de décrocher un second succès au pays du long nuage blanc, 46 ans après Barry John, Gareth Edwards et leurs coéquipiers. La tâche s’annonce ardue, mais au regard du niveau actuel des « home nations », pas impossible. En tout cas, cette tournée estivale s’annonce comme l’une des plus excitantes depuis un bon moment.

Le 19 avril prochain, Gatland annoncera la composition du groupe qui devra relever le défi des hommes en noir. Et on n’aimerait pas être à sa place, tant les places sont chères et les candidats au billet d’avion pour Auckland nombreux. Le groupe devrait compter une quarantaine de joueurs, partagé entre avants et trois-quarts. Si certains internationaux sont à peu près sûrs de faire partie de l’aventure l’incertitude plane sur bon nombre d’entre-eux. Ainsi, même Dylan Hartley, pourtant capitaine du XV de la Rose victorieux du dernier Tournoi, n’est pas assuré de sa place dans l’effectif. Il faut dire que l’édition 2017 du « six nations » a donné l’occasion à plusieurs outsiders de se montrer sous un jour très favorable. On pense notamment au pilier irlandais Tadhg Furlong, au troisième-ligne Ross Moriarty ou au trois-quarts centre Gary Ringrose.

Si pour chaque poste on compte plusieurs talents susceptibles d’être appelés par Warren Gatland, certains d’entre-eux sont carrément engorgés par les postulants. En deuxième et troisième-ligne, c’est un véritable casse-tête auquel le sélectionneur sur doit faire face. Quelques joueurs polyvalents pourraient d’ailleurs profiter de cette qualité pour embarquer dans l’avion aux dépens de purs spécialistes. On citera l’anglais Maro Itoje qui peut évoluer en « 4 » ou en « 6 », son compatriote Elliot Daly, trois-quarts centre en club et ailier en sélection, voire l’irlandais Simon Zebo, pouvant évoluer à l’aile ou à l’arrière.

Pour composer son groupe, Gatland devra chercher les complémentarités entre des internationaux plus habitués à s’affronter qu’à jouer ensemble, tout en équilibrant au maximum ses choix entre les quatre nations, même s’il n’est pas rare de voir la sélection dominante du moment compter davantage d’appelés que les autres. Ce fut ainsi le cas en 1971 lors de la fameuse tournée victorieuse en Nouvelle-Zélande, les joueurs gallois composant la majorité (relative cependant) de l’effectif. Sera-ce le cas avec l’Angleterre ? Certains observateurs le pensent, même si Irlandais, Gallois et dans une moindre mesure Écossais ont des arguments à faire valoir pour revêtir le fameux maillot rouge des Lions.

Le nom du capitaine sera également dévoilé le 19 avril. Le deuxième-ligne Gallois Alun Wyn Jones tient la corde chez les pronostiqueurs, mais un autre Gallois, le flanker Sam Warburton pourrait reprendre le brassard qu’il portait il y a quatre ans en Australie.

Dans une grosse dizaine de jours, ce qui pourrait bien être la tournée de ce début de siècle va véritablement démarrer avec l’annonce du groupe retenu. Même s’il faudra attendre le 3 juin pour assister au premier des dix matchs qui la jalonneront.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/lions-britanniques-et-irlandais-lembarras-du-choix/

Facebook comments:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>