Les Lions sont morts ce soir

Le rugby de papa a vécu. Ce n’est pas un scoop. Chaque saison qui passe enfonce un clou dans le cercueil du « rugby d’avant ». Mais l’accord conclu mardi dernier entre la Rugby football union, la Premiership rugby et l’association anglaise des joueurs de rugby vient de donner un sacré coup d’accélérateur au corbillard.

En effet, les termes de cet accord qui organise les prochaines saisons du championnat professionnel anglais ont pour conséquence immédiate de réduire de facto la durée de la tournée des Lions britanniques et irlandais, prévue en 2021, à cinq semaines. Et ce ne sont plus que huit matchs (contre dix l’an passé) qui seront disputés par la sélection des meilleurs joueurs du Royaume-Uni et d’Irlande.

Évidemment, l’accord conclu par les Anglais ont pour objet de préserver la santé des joueurs, en prévoyant des plages de repos destinées à régénérer des organismes éprouvés par l’âpreté et la fréquence des rencontres. Il n’est pas douteux que ce paramètre est désormais au centre des débats sur l’évolution du rugby et que, dans l’absolu, le dispositif mis en place par la Premiership est une réponse aux préoccupations des joueurs.

Il n’en demeure pas moins que ce cadre protecteur téléscope le calendrier des Lions en obligeant non seulement ces derniers à partir en tournée en Afrique du Sud sans disposer de leur traditionnelle semaine préalable d’entraînement en commun, mais également à réduire la durée de la tournée.

Les tournées des Lions, avec leurs Test-matchs homériques, leurs rencontres « de semaine » tout sauf anecdotiques et leurs bataillons de supporters aussi nombreux que fidèles, représentent sans aucun doute le dernier avatar de ce rugby d’antan et de naguère cher au cœur des nostalgiques. En raccourcissant leur durée, les dirigeants britanniques entament une évolution qui conduira certainement, à terme, à supprimer les matchs de semaines pour ne conserver que quelques Tests.

Il s’est trouvé quelques journalistes gallois, Irlandais ou écossais pour se réjouir d’une décision qui pourrait favoriser la sélection de leurs compatriotes au détriment des Anglais, puisque l’organisation de leur rugby et du Pro14 leur permet de se rendre disponibles plus tôt et donc de se préparer collectivement avec les Lions, ce qui ne sera plus le cas de leurs collègues d’Albion. Cette opinion à courte vue oublie ce que représente les Lions, à savoir la quintessence du rugby des Iles britanniques et irlandaise.

La décision des dirigeants anglais traduit la primauté des intérêts particuliers sur toute autre ambition collective. Elle se comprend mais on peut craindre qu’au final la tentation du repli sur soi ne signe la fin de ce qui faisait le sel de ce sport et n’en gomme les spécificités si attachantes.

Les Lions britanniques et irlandais sont peut-être morts ce soir. Et une certaine idée du rugby avec eux.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/les-lions-sont-morts-ce-soir/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.