Les comptes de la FFR dans le rouge : circonspection de rigueur

C’est une information du Journal du Dimanche qui devrait alimenter les discussions dans les clubs-house ce week-end : les finances de la Fédération française de rugby seraient « dans le rouge » à hauteur de 7,35M€. L’exercice comptable fédéral 2017-2018, calqué sur la saison sportive, a été clôturé le 30 juin dernier. Et, ce qui est normal, il a fallu compter quatre mois pour procéder à l’ensemble des opérations dites d’inventaire, consistant à établir les documents comptables normés (bilan, compte de résultat, annexe…) ainsi qu’à la certification des comptes par un commissaire missionné à cette fin.

Le résultat « avant impôt » serait donc négatif d’un peu plus de sept millions d’euros, après deux exercices légèrement excédentaires (+3,75M€ en 2015-2016 et +0,9M€ la saison passée). S’il est facile de conclure à une baisse tendancielle des résultats, il convient de rester prudent et d’éviter les jugements hâtifs pour au moins deux raisons.

La première concerne la nature des opérations contribuant au déficit : il convient de tenir compte du résultat exceptionnel, constitué de charges et produits non récurrents, qui témoignent davantage de la survenance d’aléas que d’une mauvaise gestion. Sans précision sur ce point, il est trop tôt pour incriminer celle-ci.

La seconde raison tient l’existence de provisions constituées par la Fédération, en particulier celle comptabilisée au titre du contentieux  lié à l’abandon du projet de « grand stade », que le Journal du Dimanche évalue à plus de 50M€. Une provision consiste à constater une charge d’un montant égal au risque financier qu’elle concerne. Mathématiquement, la charge vient diminuer le résultat de l’exercice sans entraîner de dépense en tant que telle. Par ailleurs, si le risque doit être suffisamment probable et évaluable pour être comptabilisé, il n’est pas nécessairement inéluctable.

Sur le fond, il faut s’interroger sur l’impact d’une telle charge sur les finances de la Fédération : que pèse-t-elle vraiment au regard d’un projet qui, selon un grand nombre d’observateurs, aurait durablement et lourdement pesé sur les finances fédérale s’il n’avait été abandonné par le président Laporte ?

A ce stade, si l’on ose dire, les chiffres avancés par le JDD apparaissent préoccupants. Mais il conviendra d’attendre la publication des comptes approuvés par l’assemblée générale de décembre prochain pour porter un jugement étayé sur la situation financière de la FFR.

Il faut donc se garder de condamner à l’avance la gestion d’un président dont ce n’est que le premier exercice comptable dont il doit endosser la pleine responsabilité, puisqu’il a pris ses fonctions début 2017. Circonspection de rigueur, donc.

Au moins pendant quelques semaines.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/les-comptes-de-la-ffr-dans-le-rouge-circonspection-de-rigueur/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.