«

»

Oct 09

Imprimer ceci Article

Le raffut, un beau geste aujourd’hui galvaudé

C’est l’un des gestes les plus utiles du rugby. Selon la définition qui en est donnée par World Rugby, il consiste pour le porteur du ballon à « à repousser un adversaire en se servant de la paume de la main ». Le raffut, c’est de lui qu’il s’agit, a vu son efficacité traditionnelle renforcée par la propension qu’on aujourd’hui les défenseurs à plaquer haut, offrant ainsi la possibilité à l’attaquant de s’appuyer sur le torse de son adversaire et de profiter de la vitesse de se dernier, en « rebondissant » sur lui.

Sport de contact, le rugby a permis au porteur de balle la possibilité de contester sa mise au sol par le défenseur autrement que par sa vitesse de course ou la qualité de ses appuis, au moyen d’un geste d’une grande élégance qui n’est pas sans rappeler les parades de l’escrime ou des arts martiaux. Mais de la même façon que les règles ne permettent pas de plaquer n’importe comment, le raffut ne saurait offrir un blanc-seing à l’attaquant pour éviter d’être arrêté. A cet égard, les règles sont claires en interdisant de « frapper un adversaire du poing ou du bras, coude compris… ».

Raffuter est donc un geste licite à condition d’être exécuté dans les règles, et efficace lorsqu’il est effectué correctement, ce qui est malheureusement loin d’être toujours le cas. Il est courant aujourd’hui de voir des raffuts opérés poings fermés ou paume ouverte mais au niveau de la gorge voire du visage. Pis, l’utilisation du coude est aujourd’hui banale, les joueurs profitant régulièrement d’un certain laxisme lorsqu’ils se servent de l’avant-bras comme d’un bouclier qu’ils projettent vers leur adversaire, Louis Picamoles constituant le meilleur exemple d’utilisation de cette technique des plus discutables, encore observée ce dernier week-end de Top14.

La vélocité des joueurs conjuguée à leur masse athlétique rendent dangereux ces gestes qui contribuent à écorner la réputation du rugby. A l’image du plaquage, le raffut semble aujourd’hui galvaudé par ceux qui sont pourtant censés le pratiquer avec l’art le plus consommé. Faut-il y voir un énième avatar des carences techniques des joueurs professionnels ?

Leur recrudescence interroge en tout cas, et inquiète ceux qui craignent pour l’avenir de ce sport dont l’image semble se dégrader, à en juger par la baisse du nombre de licenciés enregistrée par la fédération française de rugby.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/le-raffut-un-beau-geste-aujourdhui-galvaude/

Facebook comments:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>