La révolution attendra

Philippe Saint-André, le nouveau sélectionneur du XV de France, et Jo Maso, président du comité de sélection, viennent de communiquer la liste des trente joueurs convoqués pour la prochaine édition du tournoi des 6 nations. Celui-ci débutera le 5 février avec la rencontre France-Italie, revanche – on l’espère – de la piètre défaite encaissée par les bleus l’an passé.

Le sélectionneur avait prévenu qu’il ne bouleverserait pas l’équipe et construirait son groupe avec la patience et la précision que cet exercice requiert. Sa première liste de sélectionnés vient donc confirmer ce qu’il avait laissé entendre lors de ses récents interviews. Ceux qui attendaient une révolution en sont pour leur frais. Volonté de trancher avec son prédécesseur ou simple changement de méthode, il est sans doute trop tôt pour conclure. Néanmoins, on peut avancer que Philippe Saint-André et ses collègues du comité de sélection ont proposé une liste de transition.

Celle-ci mentionne en effet 22 noms qui figuraient dans le groupe qui a disputé la Coupe du monde et ne compte au final que deux débutants à ce niveau, Wesley Fofana (Centre – Ailier, Clermont) et Yoann Maestri (deuxième ligne, Toulouse), voire trois si l’on considère que la seule sélection internationale de Vincent Debaty (pilier, Clermont) n’en fait pas vraiment un ancien.

Les cinq autres joueurs venant compléter la liste sont des revenants, dont l’état de forme actuelle exigeait qu’ils fasse partie du groupe. Un sélectionneur ne peut faire l’impasse sur le critère de l’homme en forme. C’est particulièrement vrai pour Lionel Beauxis et Yannick Nyanga, au sommet de leur art avec Toulouse, et (à un degré moindre néanmoins), Clément Poitrenaud, Yann David (Toulouse, toujours) et Julien Malzieu (Clermont).

On remarque que c’est surtout « derrière » que les changements les plus nombreux sont intervenus, puisque 6 des neufs évincés sont des trois-quarts. Mis à part Jean-Marc Doussain dont la non-sélection semble du domaine du conjoncturel, les absences de Damien Traille, David Marty, David Skréla, Cédric Heymans et Fabrice Estébanez ressemblent fort à une fin de carrière internationale.

Même si un revirement n’est pas à exclure, on voit mal comment ces cinq joueurs pourraient se mêler à la lutte pour des postes où la concurrence et la perspective de la Coupe du monde 2015 ne plaident vraiment pas en leur faveur.

Parmi les neuf mondialistes non retenus figurent trois avants seulement : Lionel Nallet est le plus emblématique d’entre eux. L’ancien capitaine savait pertinemment que son âge n’en faisait pas un candidat de premier rang à la nouvelle liste, même si son talent reste encore indiscutable. L’éclosion de Yoann Maestri, qui survient au moment où Lionel Nallet quitte le XV de France, est une forme de symbole, celui d’un nouveau chapitre qui s’ouvre pour l’équipe nationale. Guilhem Guirado et Raphaël Lakafia sont également écartés de la sélection. Le premier paie la mauvaise première partie de saison de l’USAP et le fait que les listes pour le tournoi ne comptent pas souvent trois talonneurs, contrairement à la Coupe du Monde où le choix est souvent fait de « sécuriser » ce poste sur la durée de la compétition. Quant à Réphaël Lakafia, il peine avec le BO à retrouver son niveau de fin de saison dernière. Pour ces deux joueurs, le seul mot d’ordre est « travailler », pour pouvoir postuler à l’avenir.

S’agissant des « oubliés », on pense évidemment à Florian Fritz, Mathieu Bastareaud ou Julien Dupuy, leur absence peut se discuter, en particulier celle du Toulousain, alors que la présence d’Aurélien Rougerie dans la liste apparaît tout autant sujette à discussion.  Mais c’est, après tout, consubstantiel à toute sélection.

Pas de révolution donc, dans cette première liste de l’ère Saint-André, mais une façon de remercier les finalistes de la dernière coupe du monde, d’accueillir ceux qui auraient pu (dû) partir en Nouvelle-Zélande et de préparer (doucement) l’avenir.

La liste des trente joueurs sélection :

Avants (17) : Fabien Barcella (Biarritz), Vincent Debaty (Clermont), Luc Ducalcon (Castres), Nicolas Mas (Perpignan), Jean-Baptiste Poux (Stade Toulousain), William Servat (Stade Toulousain), Dimitri Szarzewski (Stade Français), Yoann Maestri (Stade Toulousain), Romain Millo-Chluski (Stade Toulousain), Pascal Papé (Stade Français), Julien Pierre (Clermont), Imanol Harinordoquy (Biarritz), Thierry Dusautoir (Stade Toulousain, cap.), Fulgence Ouedraogo (Montpellier), Yannick Nyanga (Stade Toulousain), Louis Picamoles (Stade Toulousain), Julien Bonnaire (Clermont)

Arrières (13) : Morgan Parra (Clermont), Dimitri Yachvili (Biarritz), Lionel Beauxis (Stade Toulousain), François Trinh-Duc (Montpellier), Yann David (Stade Toulousain), Wesley Fofana (Clermont), Maxime Mermoz (Perpignan), Aurélien Rougerie (Clermont), Vincent Clerc (Stade Toulousain), Julien Malzieu (Clermont), Alexis Palisson (Toulon), Maxime Médard (Stade Toulousain), Clément Poitrenaud (Stade Toulousain)

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/la-revolution-attendra/

(2 commentaires)

    • castaignède le joueur on 17 janvier 2012 at 18 h 04 min
    • Répondre

    Je suis d’accord avec Pacalou-sans-S. Je crois que PSA fonctionne effectivement selon ce double objectif. J’aurais seulement préféré que PSA préfère Dupuy à Yachvili et Fritz à David. Dupuy est aussi bon buteur que le Yach et il apporte plus de variation offensive, qui plus est c’est un leader d’hommes. Fritz est plus régulier que David encore un peu brut de décoffrage, qui plus est Fritz est titulaire lors des gros matchs du Stade.
    J’espère que la tournée en Argentine verra leur chance donnée à Ivaldi, Ric, De Marco, Dupuy, Fritz, Planté et Buttin.

    • Pacalou-sans-S on 5 janvier 2012 at 17 h 25 min
    • Répondre

    Moi je trouve cette sélection logique et intelligente, au regard du double objectif :
    – faire bonne figure au Tournoi
    – préparer l’avenir en 4 ans
    Les jeunes vont être intégrés petit à petit, et l’équipe dans 4 ans n’aura pas grand chose à voir avec celle-ci, parions-le.
    Car il est toujours délicat de ‘griller » les jeunes prometteurs trop vite.
    Maestri commence à arriver à matûrité.
    Fofana rique de se montrer encore un peu tendre, bien que prometteur.
    Debaty n’est là que parce qu’il y a risque de pénurie en pilier gauche, Barcella semblant être devenu un « blessé structurel ».
    Petit à petit les vieux sont écartés, même s’ils gazent bien en club en ce moment. Tout ça est cohérent. Pour le moment on a le temps.
    Salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.