La chanson de Jacky

A quelques heures du derby de l’Ile-de-France entre le Stade Français et le Racing Metro, Jacky Lorenzetti a remis une couche de fiel sur les relations déjà tendues entre les dirigeants des deux clubs. Se plaignant que les joueurs du Stade Français jouent cet après-midi revêtus de leur maillot rose et blanc – ce qui empêchera ceux du Racing d’arborer leur tunique traditionnelle ciel-et-blanc, le président Lorenzetti a déclaré sur l’antenne de RTL : « Nous allons jouer torse nu et en string », ajoutant qu’il respecterait ainsi la tradition du Stade Français.

Les échauffourées verbales font partie, c’est vrai, du folklore rugbystique. De surcroît, les derbys se prêtent volontiers à une rivalité plus ou moins mise en scène. On l’a vu la semaine dernière à l’occasion de la rencontre qui a opposée le Biarritz Olympique à l’Aviron Bayonnais. Et on a pu constater combien cette rivalité peut prendre des proportions ridicules et déboucher sur des incidents plus où moins sérieux.

En tout état de cause, le comportement du président Lorenzetti ne donne pas une image particulièrement reluisante du rugby hexagonal. Lui qui a souvent les mots « tradition » et « valeurs » à la bouche, devrait réfléchir un peu au sens de ces notions. Ses propos au micro de RTL revêtent en outre des reflets peu ragoûtants, en plus d’être assez faibles sur le plan de l’humour. Il est certain que n’ayant plus en face de lui Max Guazzini, assez prompt lui aussi à faire dans la provocation à semelles de plombs, le président du Racing cède sans doute à la tentation d’en rajouter. En face de lui, Thomas Savare, sans laisser totalement le champ libre à son homologue, comme en témoigne la récente conférence de presse d’avant derby, n’est visiblement pas du genre à surenchérir sur ce terrain.

Le grand Jacques Brel, qui a composé « La chanson de Jacky », fait dire audit Jacky

« Etre une heure, une heure seulement
Etre une heure, une heure quelquefois
Etre une heure, rien qu’une heure durant
Beau, beau, beau et con à la fois »

Le nôtre, de Jacky, a visiblement réussi au-delà des espérances de son homonyme. On lui conseillerait volontiers de prendre exemple sur les supporters du Racing, qui n’ont visiblement pas tout à fait la même approche de la rivalité sportive que leur président.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/la-chanson-de-jacky/

(1 commentaire)

  1. Comme c’est bien dit… et bien écrit !

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.