Jusqu’ici tout va bien

Demain à Nice, le XV de France disputera le premier de ses deux matchs de préparation face à l’Ecosse. Que faut-il en attendre ? A vrai dire pas grand chose, pour au moins deux raisons.

La première est que l’état de forme des joueurs n’est certainement pas optimal, puisqu’ils ont effectué une préparation physique particulièrement exigeante, de celle dont on ne ressent d’abord que les effets négatifs avant d’en toucher réellement les bénéfices – à partir du 20 septembre si tout se passe comme prévu.

Ensuite, on l’a déjà écrit ici, le jeu du XV de France n’est vraisemblablement qu’à l’état de brouillon, pour les motifs exposé ci-dessus, auxquels s’ajoute la blessure de Geoffrey Doumayrou, forfait pour la compétition, dont le staff semblait avoir fait l’homme de base de la ligne de trois-quarts.

Une autre raison de ne pas trop miser sur ce match pour tirer des conclusions, réside dans la composition du XV de départ. On sait que l’équipe qui débute le premier match de préparation est de moins en moins celle qui démarre une Coupe du Monde. Même si la troisième-ligne composée par Jacques-Fabien Brunel-Galthié a de quoi séduire, il est douteux qu’elle soit reconduite dans sa totalité face à l’Italie fin août puis devant l’Argentine au Japon en septembre prochain. Et ce constat vaut également pour la deuxième-ligne, ce qui, pour le coup, n’est peut-être pas si négatif…

Même si les conférences de presse donnent lieu à un concours de langue de bois de la plus belle eau, et malgré les pépins physiques inhérents à ce genre de préparation, on sent une forme de sérénité pour tout dire assez inhabituelle dans le groupe.

Jusqu’ici, donc, tout va bien. Et même une éventuelle défaite face à l’Ecosse elle-aussi aux allures de prototype n’aura sans doute pas trop de conséquences, tant l’échéance encore relativement lointaine pourra servir d’excuse.

Gageons qu’il n’en sera pas de même pour le match suivant, la semaine prochaine en Ecosse, et a fortiori face à l’Italie le 30 août, dernière étape avant Tokyo et les Pumas.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/jusquici-tout-va-bien/

(1 commentaire)

    • Charles on 25 août 2019 at 23 h 02 min
    • Répondre

    Jusque la semaine dernière, tout continuait d’aller bien même. Large victoire en terres niçoises, 5 beaux essais, de jolis mouvements, une troisième ligne royale, une paire de centres complémentaire, une charnière globalement huilée.
    Puis il a fallu qu’on se rappelle qu’il s’agissait du XV de France et que depuis 10 ans, tout allait mal. Alors, face au XV type écossais, nous avons été rappelés à la réalité. Des avants qui ne bataillent pas dans les rucks ou bataillent mal, des joueurs qui semblent s’être rencontrés le matin même tellement ils commettent d’en avants, de mauvais placements, des courses mal à propos, des soutiens à contretemps, des individualités qui se trouent dans les grandes largeurs (Raka, Ramos, Ntamack, Lambey).
    Alors, normalement, les italiens devraient payer la note vendredi soir, face aux joueurs qui n’ont pas encore joué et qui auront à cœur de montrer qu’ils méritent leur place. Et ces joyeux drilles s’envoleront pour le Japon, auto persuadés de leur talent, quand nous, suiveurs du XV de France, seront toujours sans certitude quant à notre équipe nationale. Ah si une certitude, les anglais sont prêts à nous rouler dessus comme face aux irlandais, eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.