Jour de fête à Saint-Denis

finale1Tous ceux qui ont eu la chance d’y assister vous le diront : qu’on soit ou non supporter d’une des deux équipes en présence, une finale de Top14, c’est d’abord une fête.

Ce match pas comme les autres est toujours l’occasion de retrouver la France du rugby qui “ monte à Paris ” pour célébrer les meilleures équipes du championnat. Et quand on évoque “ la France du rugby ”, on ne veut pas seulement parler de l’hexagone : ainsi, quel plaisir de voir les mines réjouies des “ barracudas ”, jeunes rugbymen de l’école de rugby de Saint-Barthélémy, venus profiter de ce moment unique avant d’aller se frotter aux équipes en lices dans le tournoi Thierry-Gilardi organisé par le Stade français !

Ce samedi 13 mai, c’est donc le Stade Français qui a brandi le Bouclier de Brennus pour la quatorzième fois de son histoire, se rapprochant (un peu) du record détenu par le Stade toulousain (20 titres) et creusant l’écart avec l’AS Béziers et ses onze planchots. De leur côté, les joueurs de Clermont repartent en Auvergne sur une onzième défaites en douze finales, aux côtés de supporters qui aimeraient bien voir leurs favoris cesser de trébucher quasi-systématiquement sur cette maudite dernière marche.

Avant la rencontre, les avis étaient circonspects sur les chances des deux équipes, même si la tendance semblait favorable aux joueurs du Stade français. Croisés dans le village “ Société Générale ” à deux pas du Stade de France, Jerôme Cazalbou et Thomas Lombard insistaient notamment sur la dynamique parisienne enclenchée depuis le début des phases éliminatoires et susceptible de se conclure victorieusement à Saint-Denis. Les faits leur ont, une nouvelle fois, donné raison.

Après la cérémonie d’ouverture ponctuée par les tambours d’un gigantesque et festif drum band et conclue par la présentation du bouclier par deux jeunes du SCUF, le coup d’envoi de la 114ème finale du championnat de France de première division est donné par l’ouvreur auvergnat Camille Lopez. Cadenassée, la confrontation entre les deux équipes se résume pour l’essentiel à un duel de buteurs. Si Clermont domine globalement le début de rencontre, c’est le réalisme parisien qui prime. Et la botte de Morne Steyn. Les esprits s’échauffent à plusieurs reprises, et avant même le quart d’heure de jeu, Julien Bardy doit sortir dix minutes pour une brutalité sur Waisea Nayacalevu. Ceux qui sont venus pour voir du spectacle seront déçus, pas les amateurs de combat. Ni les privilégiés qui ont pu regarder le match aux côtés de Christian Califano et Ali Williams, deux invités de marque de la Société Générale, et profiter de leur humour et de leur gentillesse.

Sur le terrain, en dépit des efforts clermontois, c’est le Stade français qui se montre le plus efficace. Malgré deux échecs au pied, le club de la capitale maintient son avance au score, alors que les auvergnats abandonnent neuf points dans l’exercice des tirs au but. Malgré la bonne rentrée de Brock James et une fin de match à leur avantage, les Auvergnats ne parviennent pas à inverser la tendance. L’ouvreur de l’ASMCA manque la pénalité plutôt facile qui aurait permis à son club de recoller au score et, pourquoi pas, obtenir la victoire. Une dernière contre-offensive parisienne scelle définitivement le sort du match. Steyn passe une ultime pénalité. Paris est champion huit ans après son dernier titre. Les joueurs et les dirigeants du club se sautent dans les bras, alors que Jeff Dubois, l’entraîneur des lignes arrières, savoure ce dernier moment de grâce avant de rejoindre, la saison prochaine, le staff du XV de France où l’attendront d’autres défis de taille.

Après la remise du bouclier au capitaine Sergio Parisse et un feu d’artifice illuminant le ciel du Stade de France, le rideau se baisse sur cette édition 2014-2015 du Top14 qui couronne un beau champion.

Les lampions de la fête s’éteignent, mais pas la passion du rugby, qui continuera certainement à nous faire vivre de belles émotions dès le 22 d’août prochain, qui marquera le début de la prochaine saison de Top14.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/jour-de-fete-a-saint-denis/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.