«

»

Nov 04

Imprimer ceci Article

Intelligence situationnelle

Cette coupe du monde 2023, Bernard Laporte la veut absolument. Et il est visiblement près à tout, même à en oublier les principes les plus élémentaires de la diplomatie ovale qui exigent bien autre chose que le rentre-dedans médiatique dont le patron de la Fédération française a fait son fonds de commerce traditionnel.

Le choix de la commission d’évaluation de World Rugby, plaçant la candidature de l’Afrique du Sud devant celles de la France et de l’Irlande a pu surprendre. Mais la réaction de la FFR, convoquant une conférence de presse hargneuse pour dénigrer ce classement et le dossier sud-africain puis se répandant dans la presse pour informer la planète entière qu’une lettre avait été adressée à l’instance internationale pour contester les éléments de son dossier d’évaluation, voilà certainement qui va servir les plan de Bernard Laporte et son équipe. Qu’on se souvienne qu’en septembre dernier, les mêmes avaient dû s’excuser platement devant World Rugby pour un « tweet » malencontreux présentant la candidature française comme la meilleure des trois, anticipant au passage de manière erronée les conclusion de la commission.

Il n’est un secret pour personne que le président de la fédération internationale, Bill Beaumont, et son adjoint, Agustin Pichot, ne sont pas nécessairement les plus chauds partisans du dossier tricolore. Peu en importe les raisons, qu’on devine étrangères à la qualité dudit dossier. Le fait est que braquer ces deux hommes, comme ne manquera pas de le faire la réaction de la FFR ne pourra conduire qu’à minorer les chances de victoire finale.

Et que dire de la Une de Midi olympique, qui donne furieusement l’impression avoir endossé le rôle d’organe officiel de #France2023 ? En titrant « Le mondial de la peur » pour évoquer la possible dévolution de la compétition à l’Afrique du Sud, le journal s’est attiré les foudres d’un grand nombre d’amateurs de rugby, et pas seulement français. On veut bien que, selon les mots d’Albert Londres, les journalistes s’attachent à « porter la plume dans la plaie » – et la violence criminelle dans le pays de Nelson Mandela en est une – mais force est de constater que celle-ci s’est fort opportunément ouverte sous le stylo de Jacques Verdier et ses collègues qui n’avait pas dit grand chose du phénomène jusque là, y compris lors de la tournée estivale du XV de France…en Afrique du Sud.

On devine les réactions non seulement des intéressés, mais également celles de tous les indécis parmi les fédérations nationales appelées à voter le 15 novembre prochain. La réputation d’arrogance française a été particulièrement entretenue ces derniers jours par des acteurs qui paraissent faire preuve d’une intelligence situationnelle très relative en tirant sur tout ce qui bouge, y compris, on le craint, dans leur propre pied…

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/intelligence-situationnelle/

Facebook comments:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>