Ils n’ont pas triché !

(DR)

Il faut parler d’exploit. Quand vous ne gagnez pas au Principality Stadium depuis dix ans, un succès à Cardiff a forcément le goût du sensationnel. Ce samedi, dans une enceinte dont on avait fermé le toit, les Tricolores ont conduit leurs supporters au septième ciel.

Et même si le succès est étriqué (23-27), même s’il n’effacera jamais la déception de la coupe du monde japonaise, et même s’il ne prémunit aucunement le XV de France de déceptions futures, il n’en donne pas moins raison, au moins pour un temps, aux optimistes qui voyaient dans Fabien Galthié et les premières semaines de son mandat des raisons d’espérer des lendemains qui chantent.

Alors que les deux premières victoires, certes encourageantes, laissaient planer le doute sur les capacités du groupe français à hausser son niveau de jeu pour devenir une vraie menace pour la concurrence mondiale, que la défense mise en place par Shaun Edwards n’avait pas empêché Anglais et Italiens d’inscrire la bagatelle de cinq essais, et que les coups de « moins bien » physiques à la demi-heure puis à l’heure de jeu inquiétaient à l’aune de l’abatage gallois, les hommes de Fabien Galthié ont répondu présent durant la totalité de la rencontre, prenant le score dès la septième minute pour ne plus laisser à leur adversaire l’occasion de leur repasser devant.

Mais ce n’est pas, pour les Gallois, faute d’avoir essayé. Poussés par leur public, évoluant dans un contexte arbitral qu’on qualifiera de favorable, Alun-Wyn Jones et ses coéquipiers ont multiplié les temps de jeu à proximité de l’en-but tricolore. Les deux essais qu’ils ont inscrit n’ont pas suffit pour l’emporter. Après avoir remporté une victoire plutôt heureuse en coupe du monde, ils n’ont cette fois pas bénéficié d’un coup de coude du destin…

Avant la rencontre la bande à Charles Ollivon avait été accusée de chercher à contourner la règle. Ce samedi, les Bleus n’ont pas triché sur le terrain, à tous les sens du terme. La belle solidarité qui avait fait leur bonheur contre l’Angleterre, ils l’ont sublimée à Cardiff pour en faire une arme de dissuasion massive, annihilant les offensives rouges à grands coups de plaquages (193 tentés !) et occupant le terrain grâce à un jeu au pied qu’on n’avait pas vu aussi intelligent depuis des lustres.

Bien sûr, tout n’a pas été parfait, à commencer par la discipline. Treize fautes, deux cartons jaunes, c’est encore beaucoup trop, même s’il est logique pour une équipe autant dominée territorialement (37%) et dans la possession (39%) d’être plus sanctionnée que son adversaire. Il est impératif d’améliorer ces statistiques, pour ne pas avoir à le regretter contre une équipe plus réaliste que ne l’a été celle du Pays de Galles cet après-midi. Il faudra également à Fabien Galthié et ses hommes revenir sur la gestion des temps faibles, et travailler sur le plan offensif, pour offrir aux tricolores plus d’options et varier davantage les attaques.

Trois succès de suite dans le Tournoi, voilà qui n’était pas arrivé depuis 2010 et le dernier Grand Chelem français. Ils ne l’avoueront peut-être pas, mais la perspective d’un bis repetita dix ans après est désormais dans les esprits tricolores. Et on ne leur reprochera pas d’avoir envie d’y parvenir.

Sans tricher. Promis.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/ils-nont-pas-triche/

(2 commentaires)

    • Davy Dora Doux on 23 février 2020 at 9 h 59 min
    • Répondre

    C’est North qui a subi un Fickoude du destin

      • Anonyme on 23 février 2020 at 21 h 23 min
      • Répondre

      En effet

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.