«

»

Jan 18

Imprimer ceci Article

Histoire de ne pas bégayer

S’il arrive, dit-on, à l’histoire de bégayer, tous les supporters français espèrent que ce ne sera pas le cas cette année. En 1982, millésime de référence dans la catégorie des piquettes ovales, le sélectionneur de l’époque, Jacques Fouroux, avaient rappelé quelques grognards à l’occasion du dernier match du Tournoi pour éviter la cuillère de bois au XV de France. Aujourd’hui, la première rencontre de la compétition n’a pas encore débuté et Jacques Brunel, successeur de Guy Novès, n’a semble-t-il pas cédé à la même tentation pour essayer d’éviter ce que nos amis anglais appellent un « whitewash » (« blanchissement », synonyme de défaite cuisante) et non une « wooden spoon », la fameuse cuillère de bois qu’ils réservent le plus souvent à l’équipe classée dernière, qu’elle ait ou non perdu tous ses matchs.

Car on en est là, à craindre que notre équipe nationale ne signe un zéro pointé dans le Tournoi, le premier depuis 1957. Au point où se trouvent les Tricolores, c’est-à-dire assez bas, il ne saurait être question de considérer l’Italie qui se présentera à Marseille en février prochain (premier match français de l’histoire du Tournoi à se dérouler ailleurs qu’en région parisienne) comme une victime expiatoire, malgré une série automnale pas franchement convaincante.

Pour son premier rendez-vous comme sélectionneur en chef, Jacques Brunel a formé un groupe dans lequel les trentenaires se comptent sur un seul doigt : Guilhem Guirado. Certes, ce dernier est pressenti pour être le capitaine de l’équipe, mais voilà bien la seule concession faite aux anciens. Les lecteurs avertis rétorqueront que l’expérience ne se mesure pas nécessairement au nombre des bougies soufflées et qu’à ce titre Morgan Parra, bien que vingtenaire, fait figure d’ancêtre au regard de l’année de sa première sélection, à savoir 2008. Rappelé après une traversée du désert de deux saisons, lui dont le dernier match en bleu (ou plus précisément en rouge) remonte au pathétique quart-de-finale de la coupe du monde 2015 face aux All Blacks, Parra sera très certainement titulaire pour le premier match face à l’Irlande.

Il pourrait être associé à la charnière à un néophyte qui compte seulement une demi-saison de Top14 dans les jambes, Matthieu Jalibert, l’ouvreur de l’UBB. Sans vouloir jouer les cyniques, force est de constater qu’une « hype » chasse l’autre, après Anthony Belleau, présenté comme le « dix » que la France attendait après un seul drop en demi-finale du championnat de France. Le même Belleau figure néanmoins dans le groupe, à la différence de Baptiste Serin, remplacé par Maxime Machenaud, qui profite certainement de la bonne période du Racing92.

Est-ce un retour à la politique des hommes en forme ? Ce n’est pas évident, car sont aussi appelés des joueurs de retour de blessure. C’est donc plutôt un retour aux méthodes éprouvées, loin de la « liste élite » qui a semble-t-il vécu, où le pragmatisme paraît l’emporter sur une vision de plus long terme, sans pour autant insulter l’avenir. Brunel et son staff ont donc composé un savant mélange d’habitués et de représentants de clubs à leur avantage actuellement en championnat (le Racing92 compte neuf sélectionnés) qui vont côtoyer des novices ainsi que des joueurs ayant déjà connu le groupe France sans avoir eu le temps ou l’occasion d’y faire leur preuve. S’il est encore trop tôt pour esquisser l’équipe qui débutera devant l’Irlande – des blessures sont encore possibles, on peut imaginer que Jacques Brunel alignera une majorité de joueurs expérimentés en vue de contrer de redoutables irlandais, candidats au Grand Chelem avec l’Angleterre.

Histoire de ne pas bégayer, sans soute.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/histoire-de-ne-pas-begayer/

Facebook comments:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>