«

»

Fév 19

Imprimer ceci Article

Faites vos jeux, rien ne va plus

La composition du XV de France qui affrontera l’Ecosse a été annoncée ce mardi. C’était, paraît-il une demande des joueurs, qui ont désormais la possibilité d’échanger régulièrement avec le staff sur leurs attentes et leur ressenti. Cette innovation tricolore est déjà pratiquée de longue date par les équipes anglo-saxonnes. C’est même la marque de fabrique des All Blacks. Qu’on ne dise pas que le staff français ne fait pas d’effort pour s’améliorer…

La composition du XV de France, donc, a été dévoilée par un encadrement qui ne s’y prendrait pas autrement s’il voulait accréditer l’idée qu’il n’a pas du tout apprécié les sorties médiatiques de Camille Lopez et Morgan Parra en zone mixte à Twickenham. Sorties il est vrai très clairement critiques à l’égard de Jacques Brunel et ses adjoints, accusés de ne pas faire suffisamment travailler leurs joueurs et de ne pas se remettre suffisamment en question.

Exit la meilleure charnière du Top14, au profit d’une paire 100% toulousaine formée d’Antoine Dupont et de Romain N’Tamack, charnière qui pourrait enthousiasmer si le fils de son père n’avait pas passé l’essentiel de son temps de jeu en championnat au centre de l’attaque toulousaine, laissant augurer quelques soucis de repères. On a beau se dire que le turn-over des demis est une spécialité française, le sentiment reste prégnant que parmi les nombreux problèmes de cette équipe, l’instabilité chronique à des postes aussi importants demeure un facteur-clé des contreperformances à répétition du XV de France.

Autre chambardement, au centre de l’attaque tricolore, avec une association Gaël Fickou – Matthieu Bastareaud. Celle-ci avait plutôt bien fonctionné l’an passé face à l’Argentine puis plutôt mal devant les Fidji. En misant sur le courant alternatif qui semble animer cette équipe, on peut peut-être espérer une bonne surprise samedi.

Thomas Ramos sera aligné à l’arrière, et formera un trident qu’on souhaite véritablement offensif avec Damian Penaud, condamné semble-t-il à jouer à l’aile, et Yoann Huget, replacé à un poste d’ailier qu’il maîtrise un peu plus que celui d’arrière. Du moins selon ses admirateurs.

Le paquet d’avants ressemble furieusement à celui qui avait pris la marée blanche à Twickenham il y a dix jours, à l’exception de Wenceslas Lauret préféré à Yacouba Camara qui ne figure même pas sur la feuille de match.

Face à des Ecossais diminués par les absences sur blessure de Finn Russell et Stuart Hogg, excusez du peu, cette composition paraît sur le papier en mesure de s’imposer. Mais la tenace impression de déréliction qui plane sur cette équipe et son encadrement – pour ne pas parler du rugby hexagonal dans son ensemble – fait craindre que ce énième bricolage ne fonctionne pas davantage que les précédents. En conséquence, formuler un pronostic relève d’une véritable gageure.

Bref, comme on le dit dans certains endroits chers au cœur du président de la FFR, faites vos jeux, rien ne va plus…

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/faites-vos-jeux-rien-ne-va-plus/

Facebook comments:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>