En danger, vraiment, les All Blacks ?

Samedi, à l’occasion de la dernière journée du Rugby Championship, la Nouvelle-Zélande s’est inclinée devant l’Australie. Le score, 47 à 26, est lourd. Il est même historique. Jamais les All Blacks n’avaient encaissé autant de points dans un match, et c’est seulement la seconde fois dans l’histoire, après une défaite face aux Australiens, déjà, en 1999, qu’ils perdent sur un écart de vingt-et-un points.

A à peine plus d’un mois du début de la Coupe du Monde, les tenant du titres n’ont peut-être jamais parus aussi vulnérables. Alors, vraiment en danger, ces All Blacks ? Faut-il dès à présent les déchoir de leur statut de favoris au profit de leurs vainqueurs du jour, ou des Sud-Africains métamorphosés depuis un an ? Voilà un pas qu’on se gardera de franchir.

Car malgré l’ampleur de la défaite, certains facteurs doivent nous conduire à nuancer le constat alarmiste tirés des seuls résultats de ce Rugby Championship.

Le premier facteur peut apparaitre anecdotique, pour ne pas dire discutable. Néanmoins, on relève que les All Blacks n’ont jamais vraiment dominé cette compétition lors des éditions précédant la Coupe du monde. Volonté d’auto-limiter leur jeu pour ne pas trop se dévoiler ou, plus sûrement, attitudes d’équipe en rodage, les Néo-Zélandais de juillet/août 2011 et 2015 ne ressemblaient que d’assez loin à ceux qui ont soulevé la coupe William-Webb-Ellis quelques mois plus tard.

Equipe en rodage, c’est d’ailleurs une évidence : l’association de Richie Mo’unga à l’ouverture et de Beauden Barrett à l’arrière, testée par Steve Hansen lors des deux derniers matchs, n’a rien apporté à l’équipe et a même paru la desservir. Il est douteux que le sélectionneur dont le pragmatisme l’a toujours emporté sur le dogmatisme, ne cherche pas à modifier l’équilibre de son XV de départ en sacrifiant le premier nommé et en réinstallant Barrett en numéro 10.

Certes, la blessure de Brodie Retallick a montré que les « remplaçants » n’étaient peut-être pas aussi impressionnants que les têtes d’affiches, mais outre que les All Blacks auront récupéré leur emblématique deuxième-ligne pour la Coupe du monde, force est de constater que la richesse du vivier néo-zélandais et la propension des joueurs appelés en sélection à se fondre dans le moule noir leur laisse une longueur d’avance sur des sélections moins riches en talents quasi-interchangeables.

Il n’y a peut-être pas plus mensonger que des statistiques, mais il est difficile de considérer qu’une équipe qui affiche trois défaites et un match nul en vingt matchs depuis deux ans soit véritablement en danger parce que deux des trois défaites et le nul sont survenus lors des douze derniers mois.

Incontestablement, les All Blacks n’apparaissent plus aussi dominateurs actuellement qu’ils ont pu l’être par le passé. Les erreurs de mains et les problèmes de discipline ne doivent pas être occultés, d’autant que le corps arbitral semble un tantinet moins enclin aujourd’hui à fermer les yeux sur certaines fautes commises par les hommes en noir.

Equipe en perpétuelle recherche, qui a placé l’innovation au cœur de sa démarche sportive, la sélection néo-zélandaise est loin d’être un rouleau compresseur habitué à la routine de la victoire. C’est une mécanique de précision qui, comme telle, nécessite des réglages permanents.

On peut faire confiance à Steve Hansen pour arriver à la Coupe du monde avec des All Blacks incisifs, débarrassés d’une grande partie de leurs défauts actuels et, de surcroît, certainement délestés de la suffisance qui leur a, parfois, joué de bien vilains tours.

Bref, si danger il y a, c’est eut-être, paradoxalement, davantage pour leurs adversaires que pour les joueurs à la Fougère…

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/en-danger-vraiment-les-all-blacks/

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • Charles on 14 août 2019 at 2 h 09 min
    • Répondre

    Pour suivre régulièrement les All Blacks, je dois dire qu’ils sont cette fois nettement dans une période de transition, qui arrive au mauvais moment. Depuis la tournée des Lions 2017, cette équipe n’a plus l’énorme marge dont elle jouissait auparavant sur ses adversaires. Elle a perdu en novembre dernier contre l’Irlande et a gagné avec chance d’un point contre l’Angleterre. L’Afrique du Sud vient de la mettre deux fois en échec à Wellington en deux ans.
    En 2015, ils étaient sur la lancée de 2011 avec une équipe hyper expérimentée et des cadres dans toutes les lignes. Leur troisième ligne Kaino-Read-McCaw et leur paire de centres Nonu-Smith étaient hyper complémentaires et se connaissaient par cœur, Carter était au sommet de son art, la deuxième ligne Retallick-Whitelock était au top, la première ligne également.
    Cette année, les All Blacks connaissent pas mal de blessures avec en tout premier ordre celle de McKenzie, leur X factor en 15, qui oblige à décaler B.Barrett à ce poste. Retallick se blesse régulièrement depuis 2 ans, Coles, Cane et Read également. Et surtout à quelques semaines du début de la compétition, ils ne connaissent toujours pas leur troisième ligne, leur charnière et leur paire de centres, or les équipes championnes du monde ont toujours eu d’énormes certitudes à ces postes qui exigent une grande complémentarité et une égale complicité.
    Read, O.Franks et B.Smith font particulièrement leur âge cette année, ils n’ont plus le même gaz. En 12, le coach ne sait toujours pas qui choisir entre SBW, Laumape, Crotty et Lienert-Brown. En 6, Kaino n’a pas été remplacé, car Squire a déçu, ce qui oblige Hansen à bricoler en décalant A.Savea à ce poste alors que c’est probablement leur meilleur 7 actuellement. Avec l’absence de McKenzie en 15 et l’éclosion de Mo’Unga en 10, B.Barrett se retrouve propulsé dans un rôle un peu bâtard de deuxième ouvreur placé à l’arrière, du coup lui et Mo’Unga se marchent sur les pieds. Tout cela fait très bricolage comparé à 2015 où l’équipe avançait sûre de ses forces.
    Pour toutes ces raisons, je pense que les All Blacks échoueront (d’un cheveu) dans leur conquête d’un troisième titre consécutif, probablement face à l’Afrique du Sud ou l’Angleterre, voire l’Irlande. Sans même parler de World Rugby qui ne verrait probablement pas d’un très bon œil pour l’expansion de ce sport que le champion du monde soit pour la troisième fois d’affilée la même équipe…

    1. Merci pour cette analyse très complète !

    • FORT on 12 août 2019 at 15 h 19 min
    • Répondre

    BONJOUR,Pour avoir suivi leurs dernières rencontres je pense – comme plusieurs de mes amis – que les Black ne sont plus ce qu’ils étaient il y a seulement une année. Et donc véritablement en danger aux jours de la prochaine coupe du monde, l’Afrique du Sud comme certains pays d’Europe – hors la France – me semblant bien plus enthousiastes. Et leur dernière défaite face à l’Australie tiendrait à le confirmer.

    NON, je n’ai rien envoyé !

    • FORT on 12 août 2019 at 15 h 18 min
    • Répondre

    BONJOUR,Pour avoir suivi leurs dernières rencontres je pense – comme plusieurs de mes amis – que les Black ne sont plus ce qu’ils étaient il y a seulement une année. Et donc véritablement en danger aux jours de la prochaine coupe du monde, l’Afrique du Sud comme certains pays d’Europe – hors la France – me semblant bien plus enthousiastes. Et leur dernière défaite face à l’Australie tiendrait à le confirmer.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.