Deux victoires, please !

Alors qu’approchent à très grands pas les vacances de fin d’année, les rugbymen français ne vont pas franchement se reposer puisqu’ils disputeront des rencontres chaque week-end jusqu’au nouvel an.

Et si les les joutes de Noël et de la Saint-Sylvestre auront pour cadre le championnat domestiques, celles de ce week-end concerneront l’Europe. Les matchs ont d’ailleurs débuté hier avec le challenge Européen.

En ce qui concerne la « grande » coupe d’Europe, force est de constater que les clubs français vont devoir sérieusement en rabattre cette année, puisque sauf miracle, seuls Toulouse et Clermont ont encore leur destin entre les mains, alors que c’est déjà terminé pour le Racing, Montpellier et Castres et que les chances de Biarritz sont plus que compromises après sa défaite sur la pelouse de Trévise. Deux qualifiés possibles, contre quatre la saison passée, le chat n’est peut-être pas maigre, mais il a néanmoins subi une belle cure d’amincissement.

On se rassurera en se disant qu’après tout, il suffit d’une seule équipe pour remporter le titre, mais il serait néanmoins plus prudent d’avoir deux chevaux sur lesquels plutôt qu’un seul. Des pur-sang, plutôt, si l’on en juge par la qualité des prestations de Toulouse chez les Harlequins et de Clermont face à Leicester.

Mais dans cette course à handicap que constitue la H Cup, faire un joli match et le remporter n’offre strictement aucune garantie pour la suite. Aussi, il conviendrait assez que nos deux meilleures chances préservent leurs acquis en remportant leur confrontation respective.

Et il faut bien admettre que les choses paraissent plus simples pour le Stade toulousain que pour l’ASM Clermont Auvergne. D’abord parce que les joueurs du Capitole disputeront leur match à domicile. Ensuite parce qu’ils pourront globalement compter sur un effectif tout à fait susceptible de faire plier les Harlequins.

Côté Clermont, la défection de David Zirakashvili, blessé la semaine passée et celle, possible, de Lionel Faure, constituent de très mauvaises nouvelles quand on connaît la puissance du pack de Leicester, et tout particulièrement de sa première ligne. Le forfait du capitaine Aurélien Rougerie n’est pas non plus de nature à rassurer les supporters jaunards.

Même avec un effectif au complet, l’emporter sur la pelouse de Welford Road constituait un exploir. Avec un groupe amoindri, il faudra faire encore plus fort…

En comparaison, la rencontre à domicile du Stade Toulousain paraîtrait presque anodine. Mais ce serait bien mal connaître nos amis Anglais. D’autant qu’ils seront animés d’un sentiment de revanche. Vis-à-vis d’eux mêmes, si l’on en juge par les déclarations d’avant-match de Conor O’Shea qui estime que ses joueurs peuvent faire beaucoup mieux que ce qu’ils ont montré la semaine dernière. L’entraîneur des Quins a estimé que les Toulousains avaient infligé une leçon à son équipe. On sait que les Anglais ne sont pas du genre à ne pas les retenir.

En cas de succès, Toulousains comme Clermontois dégageraient considérablement leur route vers les quart-de-finale. Et une route dégagée, ce n’est pas un luxe inutile en période hivernale…

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/deux-victoires-please/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.