Des coqs encore loin d’être des aigles

L’équipe de France de rugby a engrangé cinq points face aux Etats-Unis. Il n’y a guère que cette information à retenir de ce match, au cours duquel la prestation tricolore a oscillé entre le médiocre et le franchement mauvais. Et ce ne sont pas les cinq essais inscrits par les Coqs qui les feront passer pour des aigles. Un volatile qui seyaient mieux aux tuniques de leurs adversaires, tant l’envie affichée par les Américains s’est révélée bien supérieures au comportement attentiste des Tricolores pendant une grande partie de la rencontre.

L’écart final (33-9) s’est creusé dans les vingt dernières minutes d’une confrontation émaillée jusqu’à l’heure de jeu par une kyrielle de fautes françaises. Fautes tout court, avec dix pénalités concédées, ce qui est encore trop face à un adversaire du calibre des Etats-Unis. Fautes de main, avec une farandole de ballons tombés et de passes mal ajustées. On pourra toujours prétendre que la préparation physique à laquelle les Bleus se sont astreints a fini par payer dans ce match, face à des oppositions plus relevées, les carences observées aujourd’hui risquent bien de se révéler rédhibitoires.

Si la touche a donné satisfaction, la mêlée demeure toujours problématique, tout comme l’efficacité des soutiens dans les rucks. Certes, les approximations dans les transmissions ont été un peu compensées par un jeu offensif au pied plutôt satisfaisant, comme en témoignent les deux premiers essais français, inscrits en début de match, à un moment (fugace) où l’on pouvait pensait que la rencontre serait une promenade de santé. Mais l’impression d’ensemble est plus que mitigée.

Les Tricolores nous ont malheureusement habitué à des passages à vides, à l’instar de celui observé contre les Argentins au cours de la deuxième mi-temps. Contre les Américains, c’est un véritable tunnel que les Français ont traversé, entre la 25ème et la 60ème minute de jeu, avant de dérouler face à des adversaires émoussés physiquement.

Compte tenu du calendrier très serré qui verra le XV de France affronter deux adversaires en quatre jours, les sélectionneurs avaient décidé de faire tourner l’effectif. Il est clair que certains de ceux qui ont disputé la rencontre du jour ont hypothéqué leurs chances de figurer parmi l’équipe type qui disputera les quart-de-finales si les Bleus se qualifient.

Place à d’autres Aigles, des mers cette fois, dès dimanche prochain : ceux des Tonga, pour un match qui pourrait leur délivrer le fameux sésame. Face à ces adversaires largement à leur portée mais très rugueux, il faudra montrer davantage d’envie, d’engagement et de rigueur. Des ingrédients qui seront indispensables au Bleus pour, enfin, prendre leur envol.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/des-coqs-encore-loin-detre-des-aigles/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.