Contrat (presque) rempli

Frédéric Michalak, une nouvelle fois décisif samedi face aux Samoa (ph. Reuters)

Le XV de France a donc réussi la passe de trois en battant l’équipe des Samoa samedi. Mais ce fut laborieux et, pour tout dire, décevant au regard des deux rencontres précédentes.

Pour autant, même étriquée, la victoire des bleus a son importance. Conjuguée à la défaite de nos amis Anglais face aux Springboks, elle permet aux hommes de Philippe Saint-André d’attendre le tirage des poules de la prochaine coupe du monde avec la relative tranquillité d’un tête de série. Ce n’est pas rien quand on voit le nivellement (par le haut) du niveau du rugby international. Un nivellement dont il nous fut offert un exemple frappant hier soir. Trois ans après avoir infligé une déculottée majeure à ces mêmes Samoans (43-5), l’équipe de France a eu cette fois toutes les peines du monde à dépasser la barre des 20 points, l’emportant 22-14 en inscrivant un seul essai contre deux aux joueurs du Pacifique.

Hier soir, le Stade de France sonnait presque aussi creux que Charlety un jour de match du Stade Français. Malgré une baisse des prix consentie par les organisateurs sur certaines places, leur prix trop élevé, la proximité du match précédent et la réputation des visiteurs de ce samedi soir, insuffisamment prestigieuse sans doute, ont pu dissuader les supporters de faire à nouveau le déplacement dans le Nord de Paris. On ne leur donnera pas totalement tort, au vu de la prestation tricolore. Mais celle des Samoans conduirait à ne pas leur donner complètement raison. Cette équipe samoanne a incontestablement progressé : qualité défensive, habileté dans les rucks et solidité de la mêlée ont été les trois facteurs les plus déterminants de la superbe résistance offerte hier soir par les joueurs de Pat Lam. Ajoutons à cela une belle qualité technique individuelle, comme en témoigne le premier essai Ilien inscrit par David Lemi sur une superbe passe volleyée de l’ailier Robert Liomaiava.

Face à ces Samoans virevoltant et bien en place, le XV de France a éprouvé de grosses difficultés. A entrer dans son match, d’abord, puis à trouver les solutions offensives adéquates. Malmenée en conquête, un secteur où seule la touche apporta toute satisfaction, les bleus n’ont pas su trouver la faille dans la défense, ne parvenant à inscrire un essai que sur un ballon contré par Frédéric Michalak, rare joueur de l’équipe ayant affiché un niveau équivalent à celui observé depuis le début de la tournée. En défense, les tricolores ont été beaucoup moins agressifs que les semaines précédentes. A l’exception de trois ou quatre ballons interceptés sur des phases de jeu qu’on pourrait qualifier « de transition », les hommes de PSA ont été plutôt dominés à l’impact par des adversaires physiquement impressionnants. La bonne organisation défensive mise en place par le staff et l’application des bleus au plaquage ont néanmoins permis de ne pas ménager trop de situations favorables aux Samoans. Mais ces derniers n’en ont pas moins trouvé deux fois le chemin de l’en-but.

Il est permis de s’interroger sur l’efficacité de la charnière formée par Morgan Parra et Frédéric Michalak. Si le second a bien tenté de dynamiser ses ballons, le premier a semblé peiner dans l’animation de son pack et n’a pas toujours su accélérer le jeu quand il l’aurait fallu. Reconnaissons toutefois qu’avec un paquet d’avants moins dominateurs que lors de ses deux précédentes sorties, la tâche n’était des plus simples. Les bleus n’ont pas beaucoup alterné le jeu, ne cherchant pas à affronter leurs adversaires dans les airs et renonçant à tenter de petits coups de pieds par-dessus. La faute, sans doute, à la pression défensive samoanne.

Devant, la première ligne tricolore a souffert. Le Samoan de Toulouse, Census Johnston, a réalisé une partie remarquable. Impressionnant en mêlée, il a aussi été très présent dans le jeu courant, se payant même le luxe d’un coup de pied à suivre splendide à l’origine du premier essai de son équipe. Une équipe qui aurait pu repartir de Saint-Denis avec la victoire sans le manque de réussite de son ouvreur, Tusi Pisi, et sans une propension accrue à l’indiscipline en seconde période. En effet, après avoir marqué un deuxième essai dès le retour des vestiaires par le Castrais Iosepha Tekori, qui leur permit de reprendre temporairement l’avantage (14-10), les Samoans ont encaissé 12 points sur quatre pénalités dont trois ont été sifflées après la 60ème minute de jeu, coïncidant vraisemblablement avec une baisse de régime des visiteurs.

Dans une partie qui aura donc été globalement décevante sur le plan du jeu, le mérite des Français aura été de ne pas perdre le fil de leur match malgré les maladresses (que de passes approximatives !) et leur inefficacité offensive. Et bien que menés à chaque début de mi-temps, les hommes de PSA ont été patients et solidaires. C’est le point positif de cette rencontre, dont ils devront se souvenir lorsque le XV de France connaîtra pareille situation. A cet égard, a vu des prestations Anglaises et Irlandaise ce week-end, on peut penser que les déplacement à Londres et Dublin lors du prochain tournoi ne seront pas des plus aisés. Mais avec un Frédéric Michalak précieux dans la tempête et des individualités pleines de promesse comme Brice Dullin ou Maxime Machenaud, ce XV de France a démontré qu’il peut nourrir quelques ambitions. Et c’est bien le plus important.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/contrat-presque-rempli/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.