Cellule technique FFR : dix hommes au chevet du XV de France

Sur le papier, les contempteurs de la FFR en seront pour leurs frais.

La fédération vient en effet de dévoiler la composition de la fameuse cellule technique chargée de faire la lumière sur la situation du XV de France, d’identifier les facteurs minorant sa compétitivité et de proposer des mesures correctrices. Et cette composition est loin de ressembler à une assemblée de bénis oui-oui que certains craignaient de voir constituée.

Pour se pencher au chevet du grand malade qu’est le XV tricolore, la FFR a donc appelé Thomas Savare, président du Stade français, Julien Bonnaire, ancien 3ème ligne international, Robert Natali, chef d’entreprise, Michel Ambal, directeur du centre de formation de Montauban, Thomas Castaignède, ancien ouvreur des Bleus, Jean-Robert Cazeaux, président de Mont-de-Marsan, Jean-Pierre Karaquillo, co-fondateur du Centre de droit et d’économie du sport, Fabrice Landreau, directeur sportif de Grenoble, Jean-Marc Lhermet, directeur sportif de Clermont et Didier Retière, entraîneur national.

Le communiqué de presse de la FFR indique qu’un représentant de Provale, Gaël Arandiga, et un représentant de Tech XV, Alain Gaillard, participeront également à la cellule technique.

Habile sélection de représentants du rugby pro, de joueurs, de formateurs, ouvert à un spécialiste du droit du sport – utile pour évoquer les relations entre clubs, ligue et fédération – cette cellule technique a tout pour réaliser un travail de fond, utile au XV de France.

Si Thomas Savare n’est pas le plus contestataire des présidents du Top14, son point de vue équilibré, soucieux de la nuance et de l’intérêt général, en feront certainement un intermédiaire précieux dans les discussions avec les dirigeants de l’élite professionnelle. La présence de Jean-Marc Lhermet fera peut-être dire aux plus critiques que c’est l’approche « De Cromières » qui est privilégiée aux détriments d’une ligne « Boudjellal », mais on se gardera bien de faire un tel procès d’intention au directeur sportif clermontois.

Robert Natali est, certes, un ami proche de Pierre Camou. Néanmoins, cet ancien président du club de Saint-Claude, ancien joueur d’excellent niveau, connaît bien le rugby et son expérience du monde de l’entreprise apportera un éclairage intéressant aux travaux de la commission. Fabrice Landreau, dont il se murmure que son projet de candidature pour le poste de sélectionneur a impressionné, et Didier Retière, qui a exercé aux côtés de Marc Lièvremont à la tête du XV de France, auront certainement un regard affuté sur les aspects managériaux et sur la formation. Sur cette dernière thématique, la présence de Michel Ambal, en charge du centre de formation de Montauban témoigne d’une approche globale des problèmes du XV de France.

Cette cellule technique parviendra-t-elle à sortir le XV de France de l’ornière dans laquelle il se trouve ? Rappelons ce bon mot de Georges Clémenceau : « quand je veux enterrer un dossier, je nomme une commission. », et souvenons-nous des « assises du rugby » en 2012, qui avaient abouti à un livre blanc détaillant des mesures en faveur de l’équipe nationale, mesures qui n’ont pas toutes été mises en œuvre, loin s’en faut. Précisons enfin que cette cellule ne sera qu’une force de propositions et rien d’autre.

Alors soyons, une fois de plus, optimistes, en songeant qu’avec autant de spécialistes à son chevet, notre équipe nationale retrouvera une ambition qui lui a fait cruellement défaut depuis quatre ans. Quant à guérir le rugby français de ses maux les plus profonds, ne rêvons pas. Ce sont des spécialistes, pas des magiciens.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/cellule-technique-ffr-dix-hommes-au-chevet-du-xv-de-france/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.