«

»

Juin 24

Imprimer ceci Article

Au Sud, rien de nouveau

Comme on n’en attendait pas grand chose, on n’a pas été déçu. Le dernier test-match de la tournée estivale du XV de France a livré un résultat identique aux deux premiers : trente-cinq points encaissés, douze inscrits et une défaite aussi inéluctable qu’attendue. Il ne fallait évidemment pas imaginer que la réaction d’orgueil annoncée (la deuxième après l’échec initial de Prétoria) changerait quoi que ce soit au rendement de ce XV de France qui n’a jamais paru aussi proche de basculer dans le deuxième tiers du ranking de World rugby. Avec une attaque amorphe (zéro essai) et une défense déficiente (70% de réussite au plaquage), les Tricolores ont continué sur leur piètre lancée et conclu leur tournée sur le même ton qu’ils l’avaient débuté : gris sombre.

Guy Novès, pas davantage que ses prédécesseurs de l’ère professionnelle, n’est pas parvenu à transformer le plomb d’une tournée de fin de saison en or d’une série victorieuse. Pire, c’est un zéro pointé en Afrique du Sud, alors que cette nation est encore convalescente de plusieurs saisons ratées. On chercherait en vain des motifs de satisfaction vraiment tangibles, au-delà de quelques comportements individuels encourageants mais bien trop esseulés dans un océan de marasme rugbystique.

Et si les catastrophes estivales ne datent pas d’hier (on se souvient de tournées sous l’ère Laporte qui ne présentaient pas mieux), celle de cette année résonne amèrement après l’esquisse de promesses que le début de mandat de l’ancien entraîneur toulousain laissait entrevoir. Celui-ci dispose pourtant de moyens bien plus importants que par le passé pour préparer son équipe. Mais cela ne suffit visiblement pas. La faute à la génération actuelle, trop médiocre pour espérer mieux ? A un encadrement trop limité, avec Yannick Bru et Jeff Dubois ? Difficile de ne pas chercher de ce côté-là quelques explications. Mais n’en déplaise au président Boudjellal, le Top14 a certainement lui aussi sa part de responsabilité.

Le matin même, les All Blacks ont comme les Springboks imposé leur loi à une équipe de l’hémisphère Nord. Les Lions britanniques et irlandais ont néanmoins offert une magnifique résistance et il s’en est fallu de pas grand chose pour que le match connaisse une toute autre physionomie. Il y a du talent dans ces Lions là. Mais encore plus chez les Néo-Zélandais qui, il faut le craindre (ou s’en féliciter ?), domineront encore longtemps la planète rugby.

Qu’on le veuille ou non, l’hémisphère sud, même amoindri par les performances mitigées de l’Australie et de l’Argentine, reste un cran au-dessus des formations du Nord. Et si les Home Nations offrent une résistance admirable et semblent en mesure de limiter le fossé qui les séparent des All Blacks, la France reste confite dans ses pesanteurs et sa cécité, tiraillée qu’elle est par des intérêts particuliers incapables de discerner de vraies solutions pour leur équipe nationale.

Les joueurs du XV de France sont en vacances. Quant au rugby de notre beau pays, il est en vacance. D’idées et de volonté.

Rien de nouveau, en somme.

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/au-sud-rien-de-nouveau/

Facebook comments:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>