Attention à l’os Samoan

Jusqu’à récemment, les rencontres face à aux nations du Pacifique à l’occasion des tests automnaux dans l’hémisphère nord étaient l’occasion pour le XV de France de faire tourner l’effectif et de proposer aux spectateurs un spectacle oscillant entre l’agréable et la purge sans intérêt selon les forces Iliennes et la motivation tricolore du moment.

Mais ça, c’était avant. Avant que l’équipe du Tonga ne remporte une victoire incontestable sur les bleus en phase qualificative de la dernière Coupe du monde. Avant, surtout, que les Samoa, auxquelles l’équipe de France sera confrontée samedi, n’infligent une impressionnante défaite aux Gallois sur leur pelouse du Millenium Stadium, quelques jours après une démonstration en terres canadiennes.

Combiné à l’envie de ne pas dilapider bêtement le crédit brillamment amassé lors des deux premières levées de cette tournée, le constat de la remarquable prestation des Manu Samoa la semaine passée a conduit le sélectionneur Philippe Saint-André à affirmer que le match de samedi serait le plus dur des trois disputés par son équipe.

Sans doute y a-t-il un peu d’exagération dans les propos de PSA. Sans rien ôter de la performance de David Lemi et ses coéquipiers face aux Gallois, force est de constater que les Diables rouges sont actuellement loin de leur niveau du dernier tournoi des 6 nations conclu sur un grand chelem. Absences et méformes ont rendu le Pays de Galles bien plus fragile que ne l’escomptaient ses supporters. Et la convalescence de Warren Gatland qui oblige le sélectionneur à rester loin de ses hommes n’a rien arrangé.

Pour autant, on ne saurait blâmer le sélectionneur Français de ne pas prendre à la légère une équipe Samoanne en grands progrès sous la férule de l’ancienne star Pat Lam. On disait depuis longtemps que le fait, pour les joueurs des îles du Pacifique, de venir dans les clubs européens conduirait nécessairement à apporter à leur sélection nationale la rigueur et la discipline qui leur manquaient pour devenir vraiment compétitives au plan international. Même si cela ne s’est pas encore totalement vérifié, comme en témoigne les derniers matchs calamiteux  du XV de Fidji, force est de constater que l’équipe qui a battu le Pays de Galles chez lui l’a fait au prix d’une organisation défensive et d’une cohésion sans commune mesure avec ce qu’on pouvait voir chez elle il y a encore quelques années.

Redoutables plaqueurs, monstres physiques, les joueurs Samoans sont désormais de plus en plus performants dans les phases de rucks et en mêlée, où la force physique et même la technique individuelle ne suffisent pas.

Toutefois, ils restent encore perfectibles sur le plan de la discipline et sur celui de l’attaque. Enfin, quelques sautes de concentration s’observent quelquefois qui peuvent fragiliser leur dispositif défensif. Tout cela, PSA et ses collègues le savent. Ils ont décortiqué le jeu de leurs adversaires et sauront sans doute proposer à leurs joueurs des options tactiques à même de faire sauter le verrou samoan.

 Visiblement désireux de ne pas prendre de risque, le sélectionneur tricolore a retouché à la marge l’équipe qui a battu l’Argentine à Lille la semaine passée, se contentant d’intervertir remplaçants et titulaires en première ligne et à la mêlée. La titularisation de Thomas Domingo apparaît comme une solution intéressante à proposer aux problèmes que ne manquera pas de poser en mêlée le droitier Samoan Census Johnstone. Benjamin Kayser méritait quant à lui de se voir offrir une titularisation alors que Dimitri Szarzewski pourra faire valoir sa bonne santé du moment en seconde période. Enfin, à la mêlée, la science de Morgan Parra sera utile pour gérer une opposition physique mais conservant (parfois) un fond de naïveté dont la roubladise du Clermontois pourra éventuellement profiter. De surcroît, le côté « gestionnaire » de Morgan Parra trouvera sans doute à s’employer dans une rencontre pouvant facilement tomber dans l’approximation.

 Les joueurs français sont prévenus. S’ils veulent conclure en beauté leur tournée, ils auront l’obligation de ne pas tomber sur un os samoan qui resterait sans nul doute en travers de la gorges de tous leurs supporters après les démonstrations offertes face à des formations a priori beaucoup plus fortes que leur adversaire de samedi.

Le XV de départ : Brice Dulin – Wesley Fofana, Florian Fritz, Maxime Mermoz, Vincent Clerc – (o) Frédéric Michalak, (m) Morgan Parra – Fulgence Ouedraogo, Louis Picamoles, Yannick Nyanga – Yoann Maestri, Pascal Papé (cap.) – Nicolas Mas, Benjamin Kayser, Thomas Domingo
Remplaçants : Dimitri Szarzewski, Yannick Forestier, Vincent Debaty, Jocelino Suta, Damien Chouly, Maxime Machenaud, François Trinh-Duc, Yoann Huget

Lien Permanent pour cet article : http://renvoiaux22.fr/WordPress3/attention-a-los-samoan/

(1 commentaire)

    • Pacalou-sans-S on 22 novembre 2012 at 14 h 54 min
    • Répondre

    J’ai toujours beaucoup aimé cette équipe samoane, la seule vraie équipe ilienne avec un vrai pack. A l’image de Florian Fritz à qui il ne manque que la parole, il ne leur manque qu’un peu de temps de jeu collectif pour acquérir la cohésion qui en ferait une vraie belle équipe de haut niveau international. En attendant…
    Salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.